Echauffourées lors d’une manifestation de Congolais à Bruxelles

Quelque 150 ressortissants congolais ont manifesté samedi après-midi dans la capitale (photo principale) contre les violences perpétrées dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Lorsqu’ils sont arrivés devant l’ambassade du Rwanda, à Woluwe-Saint-Pierre, il y eu une confrontation avec les forces de l’ordre. Deux manifestants ont été blessés.

Les quelque 150 manifestants se sont rassemblés samedi vers 15h30 à la Place du Trône à Bruxelles, pour manifester contre les violences perpétrées dans l’est de la RDC. De là, ils ont ensuite rallié l’ambassade du Rwanda, située Avenue de Tervuren à Woluwe-Saint-Pierre. La police y était présente, avec un canon à eau selon l’agence de presse Belga.

Vers 18h00, des échauffourées ont éclaté devant l’ambassade entre des manifestants et les forces de l’ordre. La police a fait usage de spray au poivre pour disperser les manifestants qui lançaient des pierres. Un groupe de personnes aurait également tenté de franchir des chevaux de frise placés par la police.

Selon une porte-parole de la police, le calme était revenu en début de soirée dans le quartier de l’ambassade du Rwanda. Deux manifestants ont été blessés pendant les échauffourées, l’un souffre d’une fracture au bras, l’autre d’une blessure à l’épaule. Ils ont été conduits à l’hôpital. Toujours selon la police, des dégâts matériels auraient aussi été occasionnés à deux abribus, des voitures et une vitre de l’ambassade de l’Ouganda.

Furieux contre le Rwanda

Les manifestants affirment, au moins pour une part d’entre eux, que le mouvement rebelle dit du 23 mars (M23), qui s’oppose à l’armée congolaise dans le Kivu, est soutenu par le régime rwandais de Paul Kagame (photo). Les manifestants jugent également inadmissible la passivité de la communauté internationale face aux événements à l’est de la RDC.

Sur les calicots qu’ils portaient ce samedi, on pouvait lire des slogans tels que « Kagame Tutsi génocidaire », « Kabila Tutsi génocidaire », « Stop au viol massif des femmes du Congo », ou encore « Reynders assassin ». Les manifestants portaient aussi des photos de victimes civiles des violences.

Les Nations Unies estiment que les combats à l’est du Congo ont déjà fait fuir 470.000 Congolais. Entretemps, les Pays-Bas et l’Allemagne ont annoncé qu’ils suspendaient leur aide au développement accordée au Rwanda. Le président rwandais Paul Kagame continue à nier que son pays soutient les rebelles du mouvement M23.