Michelle Martin libérée sous conditions

Le tribunal d’application des peines de Mons a approuvé ce mardi matin la libération conditionnelle de l’ancienne épouse du pédophile Marc Dutroux, condamnée à 30 ans de prison. L’ancienne institutrice (photo principale), qui séjourne en prison depuis 1996, devrait être hébergée dans un couvent à Malonne.

En 1996, Michelle Martin était arrêtée pour son implication dans les délits et crimes commis par son mari Marc Dutroux (photo) et les complices de ce dernier, dont notamment des enlèvements, des abus sexuels et des meurtres.

En 2004, l’ancienne institutrice (entretemps divorcée de Dutroux) était reconnue coupable de la séquestration de Laetitia Delhez, Sabine Dardenne, An Marchal, Eefje Lambrecks, Mélissa Russo et Julie Lejeune. Pour les deux dernières fillettes s’ajoutaient les faits aggravants de « torture » qui avait mené à la mort des enfants. Michelle Martin avait en effet laissé Mélissa et Julie mourir de faim pendant que son mari était en prison pour des faits plus anciens.

Martin était condamnée à 30 ans d’incarcération. Etant donné que la coupable avait déjà effectué 8 ans de prison préventive, elle pouvait depuis quelques temps entrer en ligne de compte pour une libération conditionnelle. Le tribunal d’application de peines de Mons vient d’approuver ce mardi matin sa cinquième demande de libération sous conditions.

L’an dernier, la libération conditionnelle de Michelle Martin avait été suspendue, après que le couvent français dans lequel elle devait résider ait finalement décidé de ne pas l’accepter. Martin sera maintenant hébergée dans un couvent belge, mais il ne pourra s’agir d’un monastère en provinces du Luxembourg, de Liège ou du Hainaut, où résident des anciennes victimes et familles de victimes de Dutroux. La coupable a en effet pour obligation de se tenir à distance des victimes.

Le couvent des Clarisses de Malonne (province de Namur) avait déjà fait savoir qu’il était prêt à accueillir Martin, si elle bénéficiait d’une libération conditionnelle. En principe, elle devrait pouvoir être libérée dès ce mardi, mais il n’est pas certain que ce sera effectivement le cas. Le parquet-général peut encore se pourvoir en Cassation contre la décision du tribunal de Mons. Il a 24 heures pour le faire.

Les familles de plusieurs victimes de Marc Dutroux se sont déclaré choquées par la libération conditionnelle de Michelle Martin. Elles estiment notamment que leurs souhaits, mais aussi plusieurs conditions à la libération de l'ex-épouse du pédophile n'ont pas été respectés.