La note d’hôtel pour les demandeurs d’asile diminue

Alors qu’en 2010 l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile Fedasil avait dû débourser 11,4 millions d’euros pour le séjour de demandeurs d’asile dans des hôtels - en raison du manque de place criant dans les centres d’accueil existants -, l’an dernier la facture est tombée à 4,4 millions d’euros. La tendance à la baisse se poursuit en 2012.

L’an dernier, l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile a dû payer une facture de 4,4 millions d’euros pour loger des demandeurs d’asile dans des hôtels, parce qu’elle ne pouvait pas leur trouver de place dans les centres d’accueil existants. C’est nettement moins que la note d’hôtel présentée à Fedasil par les hôtels en 2010 : elle avait atteint un montant record de 11,4 millions d’euros.

Ces chiffres proviennent de la Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Maggie De Block (photo), qui répondait ainsi à une question écrite du député Peter Logghe. Elle précise qu’au cours du premier semestre 2012, la tendance à la baisse s’est confirmée puisque Fedasil a dû débourser pour les premiers 6 mois de l’année quelque 894.000 euros - ce qui représente un total de 1,788 million d’euros sur base annuelle.

L’an dernier, Fedasil a dû payer 381 factures d’hôtels pour l’hébergement de demandeurs d’asile, alors qu’en 2010 l’Agence s’était vu présenter 944 factures et en 2009 quelque 718 factures. Pour la première moitié de cette année, le nombre de factures est tombé à 95, ce qui représentera environ un total de 190 factures pour l’ensemble de 2012. Sur base mensuelle, Fedasil constate également une nette diminution du nombre d’hébergements de réfugiés à l’hôtel.

Davantage de retours volontaires

La diminution progessive des notes d'hôtels que Fedasil doit assumer coïncide avec un nombre croissant de migrants qui acceptent de retourner dans leur pays d’origine, avec l’aide de l’Agence fédérale, est en hausse.

En juillet dernier, Fedasil annonçait que plus de 2.400 personnes étaient retournées volontairement dans leur pays d’origine depuis le début de l’année 2012, dont 410 personnes rien que pendant le mois de juin. Ceci représente une hausse de 31% du nombre de retours volontaires par rapport à la même période en 2011.

Les pays vers lesquels le plus grand nombre de demandeurs d’asile sont retournés volontairement sont le Brésil et l’Irak, mais aussi la Russie, l’Ukraine et la Mongolie.

D’autre part, le traitement des dossiers de demandeurs d’asile a été accéléré. Les décisions prises par le Commissariat aux réfugiés et apatrides a ainsi aussi réduit la durée de séjour dans le réseau d’accueil et libéré des places pour les nouveaux arrivants.