Décès de l'ancien ministre Michel Daerden

Le 25 juillet, l'ancien ministre, qui mangeait seul dans un restauran, s'est écroulé, victime d'un malaise cardiaque, rapidement suivi d'un second. Il a été transporté à l'hôpital de Fréjus où les médecins l'ont plongé dans un coma artificiel. Il n'en est jamais sorti. Il est décédé dimanche soir.

A plusieurs reprises, les médecins ont tenté de le faire sortir du coma. Mais le patient s'est montré agité et les médecins ont préféré retarder les tentatives.

D'emblée, le corps médical s'est montré "réservé" sur l'état de santé de l'ancien ministre.

L'état du patient est resté stable durant quelques jours mais mardi, il s'est dégradé à la suite d'une infection pulmonaire qui a provoqué de fortes fièvres contre lesquelles aucun antibiotique n'était efficace.

Une longue carrière ministérielle

Né le 16 novembre 1949 à Baudour, Michel Daerden était l'une des figures emblématiques du PS liégeois.

Ce réviseur d'entreprises, dont la personnalité parfois fantasque a marqué le grand public, a connu une longue carrière ministérielle avant d'être écarté du devant de la scène après les élections législatives de 2010 et son éviction de la commune d'Ans en mars 2011.

De 1994 à 1999, Michel Daerden a participé au gouvernement fédéral de Jean-Luc Dehaene.
En 1994, il a été nommé ministre de l'Infrastructure et de la Politique scientifique. En juin 1995, il est devenu ministre des Transports.
En 1999, il est désigné au gouvernement wallon pour y prendre le département de l'Emploi avant d'hériter du Logement, des Travaux publics et du Budget en 2000.
Tête de liste dans la province de Liège, il a été élu à la Chambre en mai 2003.
En 2007, il a hérité du portefeuille de ministre communautaire des Sports. Lors des élections de 2009, à nouveau tête de liste, il avait obtenu 63.580 voix. Certains avaient manifesté leur souhait de ne plus le voir occuper un poste de ministre, notamment chez Ecolo. Le président Di Rupo a cependant respecté le choix des électeurs en lui accordant le poste de ministre fédéral.
La formation du gouvernement Di Rupo a toutefois eu raison de sa carrière ministérielle. Il perd son portefeuille au fédéral et revient siéger au parlement wallon.

La personnalité de ce bon vivant, porté sur la dive bouteille, avait suscité un engouement médiatique après une prestation pour le moins éthylique lors de la soirée électorale de 2006.

"Papa" y évoquait alors les désormais célèbres "grands accords" entre socialistes et libéraux ansois. La "Daerdenmania" était enclenchée. L'arme sera à double tranchant: la popularité sera au rendez-vous mais le personnage était de plus en plus décrié.
A côté du clown à la diction inimitable, qui a fait la joie de nombreux imitateurs, se cachait un homme de pouvoir redoutable.

Elio Di Rupo : "J’ai perdu un ami politique"

Le Premier ministre Elio Du Rupo (PS) a indiqué dimanche avoir appris avec "infiniment de tristesse" le décès de l'ancien ministre socialiste Michel Daerden.

Elio Di Rupo a assuré avoir perdu un ami politique, entré au Parlement en même temps que lui et avec lequel il a beaucoup travaillé, tant au gouvernement wallon qu'au gouvernement fédéral.
Le Premier ministre a admis que Michel Daerden ne laissait personne indifférent. "Médiatiquement connu pour certains aspects de sa personnalité, il ne l'était pas assez sur d'autres".
Le Premier ministre a salué "la grande intelligence, le sens de l'Etat et la fidélité indéfectible de Michel Daerden".
Pour Elio Di Rupo, Michel Daerden avait cette capacité rare de dépasser la politique pour toucher directement le cœur des gens. Il a enfin adressé ses plus sincères condoléances à ses enfants, à sa famille.

Kris Peeters : "Il a déterminé et coloré la vie politique"

Le ministre-président flamand, Kris Peeters, a regretté dimanche soir la perte d'un homme politique important, qui a déterminé la politique belge au cours des dernières décennies et qui l'a "colorée", a-t-il indiqué à la suite du décès dans l'après-midi de l'ancien ministre fédéral des Pensions, Michel Daerden.

Kris Peeters a également présenté, au nom du gouvernement flamand dans son ensemble, "ses condoléances à la famille, aux amis et aux collègues de Michel Daerden".

Van Rompuy: "Je ne garde que de bons souvenirs de lui"

Le président du Conseil européen Herman van Rompuy avait bien connu Michel Daerden, lorsque ce dernier était ministre des Transports dans le gouvernement Dehaene, dans les années ’90.

"Daerden était un ministre performant mais était aussi devenu un ami", a déclaré Herman Van Rompuy. "Je ne garde que e bons souvenirs de lui" a encore déclaré le président du Conseil européen.

Vande Lanotte : "Des qualités de solide comptable"

Le vice-Premier ministre SP.A et ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte, a salué dimanche soir la personnalité de l'ancien ministre en rappelant ses qualités de "solide comptable" et de bon ministre. "Mais il avait naturellement un problème de boisson", a-t-il souligné.
"Michel Daerden pouvait donner l'impression de ne pas bien savoir de quoi il s'agissait, une impression d'absence", a-t-il affirmé.
"Mais avec lui vous deviez toujours être sur le qui-vive. Daerden était un homme qui suscitait souvent une image trompeuse de lui", a ajouté Johan Vande Lanotte.