100.000 Belges flashés en France

Si l’on en croit le quotidien Les Echos, rien qu’au mois de juillet dernier, 47.000 contraventions ont été adressées par les autorités françaises de la route à des automobilistes belges. L'Agence nationale française du traitement automatisé des infractions (Antai) précise néanmoins que depuis le 30 juin dernier, un total de 100.000 automobilistes belges ont déjà été flashés en France. Ces derniers devront payer l’amende, en vertu d’un nouvel accord bilatéral.

Le 1er juillet dernier entrait en vigueur un accord de collaboration signé entre la Belgique et la France, qui doit permettre à chacun des deux pays de poursuivre au-delà de la frontière un automobiliste de l’autre pays qui a commis une infraction de la route sur son territoire. Cela se fera par un échange automatique de données d’immatriculation.

Entre le 1er et le 31 juillet, quelque 47.000 contraventions ont ainsi déjà été adressées à des automobilistes belges. Ces derniers ne pourront en pratique plus se soustraire à l’amende.

Toujours selon le quotidien français Les Echos, les conducteurs luxembourgeois se sont eux vu infliger 20.000 contraventions depuis le mois de janvier dernier, et 83.000 avis ont été adressés à des conducteurs suisses. Un accord bilatéral existe aussi entre la France et le Luxembourg depuis 2005, et entre la France et la Suisse depuis 2009.

Il n’existe pas encore d’accord similaire entre la France et l’Allemagne alors que, selon le quotidien, les conducteurs allemands commettent en moyenne entre 500.000 et un million d’infractions par an.

Le nombre de Belges verbalisés plus élevé

L'Agence nationale française du traitement automatisé des infractions (Antai) précisait ce vendredi à l'agence de presse Belga que depuis le 30 juin dernier et jusqu'à ce jour c'est un total de 100.000 automobilistes belges qui ont été flashés sur les routes de France. Notamment en raison des trajets de vacances. 

"Jusqu'à présent l'accord bilatéral n'a pas eu d'effet dissuasif sur le comportement des conducteurs, mais nous espérons que les excès de vitesse s'estomperont au fil du temps", déclarait encore l'Agence.

Les avis de contravention sont envoyés dans un délai de 3 à 4 semaines à partir de la date de l'infraction. "Il ne faut plus s'attendre à ne pas recevoir l'avis, les premiers ont déjà été envoyés", affirme l'Antai, "l'accord bilatéral est bel et bien effectif".

En revanche, il n'y a pas encore de chiffres ni d'estimations disponibles sur le nombre d'automobilistes français flashés sur les routes belges.