La Belgique bat les Pays-Bas au terme d'un match spectaculaire

Les Diables Rouges de Marc Wilmots se sont imposés sur le score de 4-2, mercredi soir au Stade Roi Baudouin à Bruxelles, lors d'un match amical contre les Pays-Bas, le dernier avant le début des qualifications pour le Mondial 2014.

Devant 47.000 spectateurs enthousiastes, les Diables Rouges se sont rassurés avant d’entamer la phase qualificative pour la Coupe du Monde 2014.

A la 20ème minute, le ballon arrive dans les pieds de Christian Benteke qui ouvre la marque du pied gauche. A la réception d'un centre dévié de Mirallas, il feinta Mathijsen et tira hors de portée de Stekelenburg, inscrivant son premier but en équipe nationale.

La Belgique justifia cet avantage en maintenant la pression, mais allait toutefois devoir compter sur Thibaut Courtois, préféré à Simon Mignolet, pour éviter l'égalisation à deux reprises, sur des envois de Van Rhijn (27-ème) et Huntelaar (31-ème). Les Diables Rouges avaient un peu perdu le fil face à des Néerlandais revanchards après le but de Benteke.

Les Diables audacieux

Daniel Van Buyten, légèrement blessé au mollet, est remplacé par Toby Alderweireld à la reprise. Pas de chance pour lui, la défense va constituer le point faible de l'équipe belge dans cette deuxième période.
Narsingh, un des meilleurs Néerlandais sur la pelouse, fusilla Courtois à bout portant après un débordement de Robben (1-1, 54-ème). L'ailier du Bayern Munich n'en resta pas là, et offrit un autre but, cette fois à Huntelaar, dans la minute suivante: 1-2 (55-ème).
Impuissante face à Robben, la Belgique se heurta dans un premier temps à Stekelenburg dans son forcing pour redresser la situation. A trois reprises au moins, le gardien de la Roma retarda ainsi l'échéance.
Le dernier quart d'heure fut celui de Dries Mertens. Il égalisa d'abord suite à une erreur technique de De Jong (2-2, 75-ème). Avant de signer deux assists parfaits au profit de Lukaku et Vertonghen (3-2 et 4-2).

Les explications de Marc Wilmots et Louis Van Gaal

Deux erreurs ont permis à l'adversaire de renverser la situation qu'on pensait avoir bien en mains", déplorait-il. "Mais les entrées au jeu successives de De Bruyne, Mertens, Dembélé et Lukaku nous ont permis de reprendre le dessus. Gagner le derby est toujours très agréable, mais ne doit pas conduire à l'euphorie. Je suis d'ailleurs très loin d'être entièrement satisfait. Il y a en effet eu de la nonchalance, et des fautes qui se paient cash. Ce qui ne peut plus se reproduire..."
Le successeur de Georges Leekens a surtout mis l'accent sur le collectif belge, et a jugé un tel renversement de situation très positif. "J'ai dit aux joueurs de pleinement profiter de cette victoire, mais aussi de rester en état d'alerte maximale en vue des deux prochains matches du 7 septembre au Pays de Galles, et du 11 contre la Croatie. A partir de maintenant les points vont compter. Et on en a zéro pour le moment..."
Louis van Gaal, dans l'autre camp, fustigeait les erreurs stupides commises par certains joueurs, qui ont ainsi précipité la défaite néerlandaise. "A 1-2, on avait en principe le match en mains", estimait-il. "mais on ne peut pas gagner une rencontre internationale en commettant de telles bévues. Celà dit l'engagement total des deux équipes m'a bien plu..."

"On a montré qu'on savait marquer"

Thibaut Courtois, un des principaux héros belges mercredi soir au Stade Roi Baudouin lors de la victoire contre les Pays-Bas, se rejouissait du capital confiance amassé par les Diables Rouges en vue de la campagne éliminatoire du Mondial'2014, grâce à ce large succès.

"On a pris deux coups sur la tête en 2-ème mi-temps", admettait le gardien de l'Atlético Madrid. "Mais on a ensuite su remarquablement redresser la situation. Sans Stekelenburg qui a retardé l'échéance, on en marquait six ou sept. C'est fantastique, ainsi qu'en témoignait l'ambiance dans notre vestiaire. C'est vraiment ce qui pouvait nous arriver de mieux avant d'aller au Pays de Galles.."

Jan Vertonghen (photo), l'auteur du 4-ème but, soulignait lui le rôle décisif des réservistes. "L'absence de Vincent (Kompany) a certes joué en notre défaveur", faisait-il remarquer, "mais on a montré qu'on savait marquer. Les réservistes ont été formidables. Finalement les Hollandais s'en tirent encore à bon compte (il rit)..."