Guy Spitaels est décédé

L’ancien président du Parti socialiste (de 1981 à 1992) est décédé dans la nuit de lundi à mardi des suites d'une longue maladie. Il allait avoir 81 ans le 3 septembre prochain. Ministre d'Etat, ancien président du Parti Socialiste (1981-1992), ancien ministre-président de la Région wallonne (1992-1994) et ancien président du parlement wallon, Guy Spitaels était une figure marquante de la politique belge.

Surnommé "Dieu" pour sa toute puissance pendant les années '80 et les années '90 au sein du Parti socialiste, Guy Spitaels verra sa carrière s'arrêter prématurément suite à son implication dans l'affaire de corruption Augusta en 1998.

Professeur d'économie sociale à l'ULB, il était entré en politique en 1972 au cabinet du Premier ministre Edmond Leburton.

En 1974, il entre au Sénat comme sénateur provincial du Hainaut.  Aux élections communale de 1976, il devient bourgmestre de la ville d'Ath (Hainaut) il y restera pendant 20 ans. Il sera ensuite ministre de l'Emploi.

En 1981, il abandonne ses fonctions ministérielles et est élu à la présidence du Parti socialiste, succédant ainsi à André Cools. Reprenant l'expression de François Mitterrand, il prône le "socialisme du possible" et le front des progressistes. Cette accession à la présidence est suivie par une par un renvoi des socialistes dans l'opposition. 

Aux élections de 1987, le PS recueille 43,9 % des voix en Wallonie, un score historique. Guy Spitaels est chargé d'une mission d'information par le Roi, avant de transmettre le témoin à Jean-Luc Dehaene. A l'issue d'une très longue négociation politique, le PS revient au pouvoir avec les sociaux-chrétiens et la Volksunie.

Considéré en 1992 comme l'homme poltique wallon le plus puissant, il préfère devenir ministre-président de la région wallonne plutôt qu'occuper un poste au fédéral.

C'est alors que son implication dans l'affaire de corruption Agusta mettra prématurément un terme à sa carrière.

Cette affaire révélée suite à l'enquête sur l'assassinat d'André Cools est liée à l'achat en 1988 par la Défense d'hélicoptères de combat à la firme italienne Agusta.  Un finacement occulte du PS et du SP est  découvert.

Guy Spitaels sera condamné en 1998 par la Cour de Cassation à deux ans de prison avec sursis et à cinq ans d’inéligibilité pour corruption passive.

Le PS perd une figure historique

Dans une réaction au décès de Guy Spitaels, le Président du PS Thierry Giet estime que le PS perd une figure historique. "Président du PS durant 11 ans, président du PSE , vice-président de l'Internationale socialiste, Bourgmestre de Ath pendant 20 ans, député, Vice Premier Ministre fédéral et Ministre Président de la Région wallonne, Ministre d'Etat, Guy Spitaels a profondément marqué l'histoire du socialisme belge, de la politique belge et plus largement, la vie de milliers de citoyens de Bruxelles et de Wallonie" ajoute le communiqué du PS. 

"Avec lui le PS perd un homme d'exception"

"Celui qui est considéré comme l’un des plus grands Wallons du siècle laissera derrière lui le souvenir d’un homme de cœur, un homme de conviction, un homme d’action qui œuvra durant toute sa carrière au développement de la Wallonie et à l’affirmation d’un fédéralisme fondé sur trois Régions. (...) Avec lui, le Parti perd un homme d’exception".

Un registre de condoléances sera ouvert au siège du PS à Bruxelles, dès mercredi, annonce également le PS.

En avril 2011, Guy Spitaels avait été opéré d'une tumeur au cerveau, découverte suite à des examens médicaux consécutifs à une agression dont il avait été victime.