Nizar Trabelsi va-t-il être libéré?

La chambre du conseil de Hasselt a approuvé vendredi la libération conditionnelle de ce tunisien, en attendant son extradition vers les Etats-Unis. Ce Tunisien avait été condamné en 2004 à 10 ans de prison pour la planification d'un attentat terroriste visant la base militaire de Kleine Brogel (Limbourg).

Tony Heeren, le président du tribunal de première instance de Hasselt a déclaré à la VRT que la chambre du conseil avait décidé que Monsieur Trabelsi pouvait être remis en liberté. La Chambre ajoute que cette liberté ne pourra intervenir que 48 heures avant son extradition vers le pays qui le réclame. La Chambre met aussi certaines conditions à cette libération comme le fait de résider à son adresse en Belgique.

Le parquet fédéral a immédiatement interjeté appel de la décision et Trabelsi reste pour l’instant derrière les barreaux.
La chambre des mises en accusation rendra une décision définitive d'ici deux semaines.

Demande d'extradition en attente

Après son arrestation en septembre 2001 à Uccle, Nizar Trabelsi a été condamné à dix ans de prison pour la planification d'un attentat terroriste visant la base militaire de Kleine Brogel. Il a purgé sa peine et aurait dû être libéré en mars dernier, mais il a été maintenu en détention dans le cadre d'une demande d'extradition des Etats-Unis. Ceux-ci veulent le juger pour ses activités terroristes visant des intérêts américains.
Nizar Trabesli a entrepris plusieurs démarches juridiques pour contester cette demande d'extradition. Ses avocats ont saisi la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), en avançant qu'il pourrait subir des traitements inhumains aux Etats-Unis. La Cour de Strasbourg a suspendu la demande d'extradition en attendant de se prononcer sur le fond, une procédure qui pourrait durer plusieurs années.

Dans l'attente de cette décision, l'homme essaie d'obtenir sa remise en liberté. La chambre du conseil de Nivelles s'y est opposée en juin, mais celle de Hasselt, également saisie, a décidé vendredi d'approuver la demande.