Humo retire ses photos de festivalières en bikini

L’hebdomadaire flamand Humo a décidé de retirer de son site internet la série de photos de filles en bikini lors de festivals d’été. "C’est la résultat d’un débat sur le sexisme subtil", écrit le quotidien De Standaard dans son édition de samedi.

Depuis plusieurs années le magazine Humo publie sur son site internet des photos de jeunes filles en bikini lors de festivals. Mais la série intitulée "Bikinibabes au Pukkelpop" est la dernière écrit de Standaard.

"Dans le passé Humo n’avait jamais reçu de réactions négatives" déclare Wouter Van Driessche, rédacteur en chef de Humo, dans De Standaard.

"Nous n’avons voulu offenser personne. Après la polémique qui selon nous n’avait pas de raison d’être, nous avons préféré retirer les photos de jeunes filles en bikini de notre site". Un débat a été lancé depuis quelques jours sur les médias sociaux suite à une carte blanche rédigée par l’écrivain Kathleen Vereecken et publiée dans De Standaard.

Sexisme subtil ?

Kathleen Vereecke y dénonçait le fait que le corps de la femme était exposé comme de la viande et évalué. Elle y évoquait aussi le documentaire "Femme de la rue" sur le harcèlement sexuel dans certains quartiers de Bruxelles.
"La comparaison avec le documentaire "Femme de la rue" est totalement exagérée" estime Wouter Van Driessche. "Soudain on met tout dans le même sac". Le rédacteur en chef de Humo estime que dans ce débat ces photos ont été sorties de leur contexte.
En ce qui concerne le terme Bikinibabes, "il ne faut rien y voir de plus qu’une allitération évidente" ajoute Van Driessche.