Linkebeek ne veut pas de la marche du Gordel

Le collège échevinal de la commune à facilités de Linkebeek (Brabant flamand) a refusé jeudi l'organisation par le Gordel d'une marche de 13 kilomètres dans la commune, tout en confirmant le passage de la randonnée cycliste.

Il s'agit d'une deuxième décision sensible d'une commune flamande à majorité francophone de la périphérie de Bruxelles, après la défection de Rhode-Saint-Genèse comme point de départ et d'arrivée de l’événement.

Pour la marche de Linkebeek, les organisateurs (le Bloso, l'administration flamande des sports) n'avaient demandé aucune autorisation et des problèmes de sécurité pouvaient dès lors se poser, selon le bourgmestre (non nommé) Damien Thiéry (FDF).
Le coordinateur du "Gordel", Luc Peirlinck, ne s'inquiète pas de la décision du collège communal de Linkebeek de ne pas autoriser cette promenade.
Lors d'une réunion à laquelle a pris part la police locale, celle-ci n'a formulé aucune objection, a assuré le coordinateur.
Selon lui, il y a un grand malentendu dans cette affaire. A proprement parler, aucune autorisation n'est nécessaire pour une promenade.
La randonnée prévue est longue de 14 kilomètres, dont 4 passent sur le territoire de Linkebeek.
Le collège communal a averti vendredi les organisateurs du "Gordel" de sa décision. M. Peirlinck espère que les efforts de coordination du gouverneur du Brabant flamand pourront dissiper le malentendu.