Sierre: le chauffeur de bus n’était pas sous influence

Le chauffeur du car accidenté à Sierre le 13 mars dernier était sous antidépresseur "à dose thérapeutique" et souffrait d'une pathologie coronarienne. Il n'existe cependant "pas de preuve que cette dernière ait été à l'origine d'un malaise" qui expliquerait le drame, a indiqué jeudi la justice suisse.

"Les analyses toxicologiques ont par ailleurs permis d'exclure que le chauffeur ait été sous l'influence d'alcool ou de stupéfiants", écrit le premier procureur du canton du Valais, Olivier Elsig.

Cinq mois après les faits, le rapport d'autopsie avec analyses toxicologiques, les rapports d'accident et ceux sur le temps de repos des conducteurs ont donc été établis. Il en ressort, entre autres, que le chauffeur souffrait d'une pathologie coronarienne qui "peut provoquer des troubles du rythme cardiaque, voire un infarctus. Cependant, il n'existe pas de preuve que cette pathologie ait été à l'origine d'un malaise qui expliquerait la perte de contrôle du véhicule par l'intéressé", indique Olivier Elsig.

Les analyses toxicologiques ont en outre montré que le conducteur "prenait quotidiennement un médicament antidépresseur, d'où la présence dans son sang de paroxétine", poursuit la justice suisse, en précisant dans la foulée "que la concentration mesurée se situe dans les normes d'une dose thérapeutique".

Par ailleurs, le contrôle des temps de repos des chauffeurs a permis de déterminer que ceux-ci ont été respectés durant la semaine et les 30 heures précédant l'accident. "Seule une infraction a été constatée en la matière le 24 février 2012, commise par le conducteur du car qui travaillait, parallèlement à son activité de chauffeur professionnel, comme contrôleur dans une entreprise de transport. Son temps de repos était en principe respecté, mais à la limite de la légalité", explique encore le ministère public suisse.

Selon ce dernier, enfin, "s'il se confirmait que la seule cause envisageable de l'accident est en lien avec le chauffeur décédé, un classement de la procédure pénale serait envisagé".

L'accident de Sierre a coûté la vie à 28 personnes, dont 22 enfants originaires des écoles de Lommel et Heverlee. Les victimes revenaient de classes de neige.