Un Gordel sous le signe de BHV scindé

La 32e édition de la manifestation sportive flamande du Gordel se tient ce dimanche dans la périphérie bruxelloise. De nombreux politiciens flamands participent à l’évènement, certains d’entre eux arborant un T-Shirt avec la mention "BHV scindé !!! Merci Gordel". Certains actes de sabotage ainsi que des protestations sont toutefois venus rappeler certaines tensions communautaires existantes.

Les participants au Gordel, à vélo ou à pied, peuvent choisir leurs itinéraires parmi 19 parcours. Cette édition sera la dernière qui sera organisée selon le schéma actuel. Le Bloso -équivalent flamand de l'Adeps- réfléchit toujours à une nouvelle formule. L'an dernier, 43.404 personnes avaient participé au Gordel, contre 80.358 en 2010.

"BHV scindé!!! Merci Gordel"

Plusieurs politiciens flamands qui participent au Gordel ont pris le départ depuis Zaventem dans la matinée. Eric Van Rompuy arborait un T-Shirt avec la mention "BHV scindé !!! Merci Gordel". Le président du CD&V Wouter Beke et le vice-premier ministre Steven Vanackere, pareillement vêtus, sont également partis de Zaventem.

"J'étais déjà présent au Gordel en 1980. Je n'aurais bien sûr jamais pensé que cela prendrait 32 ans pour que BHV soit scindé", a notamment commenté Eric Van Rompuy. "Je regrette que certains partis flamands se sont montrés critiques par rapport à cette scission. Si la N-VA était restée à la table des négociations, nous serions toujours occupés à l'heure actuelle."

Pour rappel, l'organisation de ce "dernier" Gordel a été marquée par quelques incidents, dont le refus de la majorité francophone de Rhode-Saint-Genèse d'autoriser le départ et l'arrivée de la manifestation sportive.

D'après Ben Weyts (N-VA), cet incident démontre qu'il est encore nécessaire d'organiser une manifestation comme le Gordel. "Il n'y a pas de raison de crier 'Houra' après la scission de BHV." Le président du CD&V Wouteur Beke a, pour sa part, estimé que les actions de plusieurs bourgmestres montrent "que certains n'ont pas bien digéré la scission de BHV".

De Wever dénonce l’arrogance accrue des francophones

"Le refus de la majorité francophone de Rhode-Saint-Genèse d'autoriser le départ du Gordel dans la commune montre que les francophones pensent plus que jamais que les communes à facilités leur appartiennent. La scission de BHV leur fait penser que le rattachement à Bruxelles est possible", a commenté le président de la N-VA, Bart De Wever, lors de sa participation au Gordel.

Bart De Wever participe à cet événement politico-sportif en compagnie d'une quarantaine de membres de la N-VA, parmi lesquels les ministres flamands Geert Bourgeois et Philippe Muyters ainsi que le vice-président du parti Ben Weyts.

M. De Wever a déclaré que la scission de BHV "avait coûté beaucoup d'argent aux Flamands et fait croître l'arrogance des francophones."

 

Sabotages et protestations

Une centaine de membres du Voorpost ont manifesté en matinée entre Alsemberg et Rhode-Saint-Genèse pour protester contre le refus de la majorité francophone de Rhode-Saint-Genèse d'y autoriser le départ et l'arrivée du Gordel. Certains manifestants ont placardé des affiches réclamant la fin des facilités sur la maison communale de Rhode-Saint-Genèse. Le président du Voorpost, Johan Vanslambroeck, a déclaré que Rhode-Saint-Genèse constituait un bon exemple de la francisation de la périphérie bruxelloise et a plaidé pour une suppression des facilités.

Parallèlement, une quinzaine de membres du mouvement indépendantiste flamand Taal Aktie Komitee (TAK) ont installé, tôt ce matin, un poste de contrôle aux abords de la maison communale de Rhode-Saint-Genèse pour protester de manière "ludique" contre le refus de la majorité francophone d'y autoriser le départ et l'arrivée de la promenade cycliste. Les militants du TAK plaident également pour que le Gordel continue à exister sous sa forme actuelle, marquant le caractère flamand de la périphérie bruxelloise, et ne devienne pas une manifestation purement touristique.

Des actes de sabotage ont par ailleurs été constatés sur le parcours, dans la zone de Asse au kilomètre 100 de la promenade reliant Dilbeek et Wemmel. Des individus ont répandu des clous sur la route à cet endroit, a indiqué dimanche matin le coordinateur du Gordel pour le Bloso, Luc Peirlinck.
A Rhode-Saint-Genèse, des panneaux de signalisation ont également été enlevés. Les équipes du Bloso ont toutefois pu régler ces différents problèmes.