Nizar Trabelsi reste en prison

La Chambre des mises en accusation d’Anvers a rejeté ce jeudi après-midi la demande de libération conditionnelle introduite par l’ancien footballeur belgo-tunisien, condamné à 10 ans de prison pour avoir planifié un attentat dans le Limbourg. Il y a deux semaines, la Chambre du conseil de Hasselt était prête à accéder à la requête de Trabelsi, mais le parquet fédéral a fait appel.

L’ancien footballeur professionnel à la double nationalité belgo-tunisienne séjourne en prison depuis septembre 2001. En 2004, il a été condamné à 10 ans de réclusion pour avoir planifié un attentat contre la base militaire de Kleine Brogel (province du Limbourg). Les Etats-Unis réclament depuis 2007 son extradition. La Belgique a accepté, mais à condition que Nizar Trabelsi purge d’abord l’entièreté de sa peine - ce qui est le cas depuis le mois de mars.

Depuis lors, les avocats du Tunisien avaient introduit un recours devant la Cour européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg, pour contester la demande d’extradition. Selon eux, Trabelsi serait devenu un autre homme depuis sa condamnation et a renié l’organisation terroriste Al Qaïda. Il supporterait en outre difficilement sa détention, physiquement et mentalement. Il est en effet totalement isolé.

Le terroriste a d’autre part introduit une demande de libération conditionnelle, que la Chambre du conseil de Hasselt s’était montrée prête à accorder, il y a deux semaines. Suite à quoi le parquet fédéral a interjeté appel et Trabelsi est resté en prison.

La Chambre des mises en accusation d’Anvers vient donc de rejeter ce jeudi le demande de libération conditionnelle de Nizar Trabelsi. Ce dernier ne pourra donc sortir de prison, en attendant que la Cour européenne des Droits de l’Homme de Strasbourg se prononce sur son extradition vers les Etats-Unis, a indiqué son avocat.