Une gardienne harcelée à la prison de Berkendael

Une assistante de surveillance pénitentiaire âgée de 26 ans, qui avait demandé son transfert vers une autre prison, a été victime dimanche soir dans l’établissement pour femmes de Forest (photo principale) de maltraitance et d’humiliations de la part de collègues. Elle a été déshabillée et enduite de mayonnaise et ketchup. Le syndicat chrétien regrette que la direction de la prison n’ait pas immédiatement réagi avec fermeté.

La jeune femme de 26 ans prestait dimanche son dernier jour de travail à la prison pour femmes de Berkendael (commune bruxelloise de Forest), étant donné qu’elle avait demandé son transfert vers un autre établissement pénitentiaire du pays. Au moment où l’assistante de surveillance a voulu quitter les lieux, en soirée, elle a été victime de mauvais traitement et d’humiliations de la part de collègues.

Elle a été déshabillée et enduite de mayonnaise, moutarde et ketchup. « Il s’agissait apparemment d’une sorte de rituel de départ dans lequel la chef d'équipe aurait joué un rôle crucial », explique Luc Neirynck du syndicat chrétien. « Lorsque l’équipe de nuit a pris son service vers 21h50, elle a retrouvé la victime en sous-vêtements et a immédiatement mis fin à ces agissements ».

La jeune femme en a d’abord informé la personne de confiance de la direction de la prison. Cette dernière aurait traîné avant de prendre des mesures, indique le syndicat CSC. « Elle a attendu jusqu’à ce 6 septembre pour entreprendre une action, et encore, parce que nous avons fait pression en ce sens », ajoute Neirynck. « L’employée meneuse des faits a d’ores et déjà été suspendue de façon provisoire ».

Deux jours après l’incident, le 4 septembre, la gardienne a déposé plainte auprès de la police de Bruxelles Midi. Cette dernière transmettra le dossier à l’auditorat du travail. Selon le syndicat chrétien, d’autres faits de harcèlement seraient survenus. Il a exigé une enquête approfondie.