Le Français le plus riche veut devenir Belge

Le milliardaire Bernard Arnault (photo principale), première fortune de France et 4e mondiale avec 41 milliards de dollars selon Forbes, a introduit une demande à la Commission des naturalisations de la Chambre. Le président du groupe de luxe LVMH, âgé de 63 ans, dément cependant solliciter la double nationalité pour des raisons fiscales. Il souhaiterait par contre développer ses investissements en Belgique.

Selon le quotidien La Libre Belgique, le milliardaire français Bernard Arnault a introduit récemment une demande de double nationalité franco-belge à la Commission des naturalisations de la Chambre. Les motivations du président du groupe de luxe LVMH restant confidentielles, le quotidien belge n’a pas exclu une raison fiscale en plein débat sur la taxe à 75% des très hauts revenus promise par le président français François Hollande.

Ce samedi, un communiqué a cependant démenti les soupçons exprimés par La Libre, affirmant que « Bernard Arnault reste résident fiscal français. L’obtention éventuelle de la double nationalité franco-belge ne change rien à sa détermination de poursuivre le développement du groupe LVMH et les créations d’emplois qui en sont la conséquence en France. Le groupe embauche chaque année des milliers de personnes en France et ce depuis plus de 20 ans ». Le milliardaire fait valoir que son groupe de luxe « contribue massivement aux exportations françaises ».

Les services du milliardaire ont en outre rappelé que l’homme de 63 ans originaire du Nord de la France a de nombreux liens avec la Belgique, tant sur le plan personnel et familial que professionnel. Son groupe privé (Groupe Arnault) a de nombreux investissements en Belgique et entend les développer. Bien que résidant à Paris, Bernard Arnault possède aussi un domicile à Bruxelles.

"Le dossier sera traité comme un autre"

Le président de la Commission des naturalisations de la Chambre, Georges Dallemagne (photo), a indiqué que la demande du milliardaire français sera traitée « sans délai inutile », mais pas avant la fin de l’année ou le début de l’an prochain. Elle ne sera en effet saisie de la requête que lorsque les avis du parquet général, de l’Office des Etrangers et de la Sureté de l’Etat, mais aussi un extrait du casier judiciaire du patron de l’empire français du luxe lui auront été transmis.

« Le dossier sera traité comme tous les autres. Il y en a 47.000 sur notre table », a précisé Dallemagne. Les postulants doivent notamment prouver 3 ans de résidence en Belgique ou au moins « des attaches véritables avec le royaume ».

Plusieurs spécialistes interrogés par La Libre Belgique avaient rappelé que la fiscalité est plus avantageuse en Belgique qu’en France pour les grandes fortunes, notamment en raison d’une faible taxation du capital et de l’absence d’impôt sur la fortune. Ils notaient néanmoins que c’est la résidence, et non la nationalité, qui prime.