Surveillance policière renforcée à Ypres

La surveillance policière a été renforcée à la Porte de Menin à Ypres comme devant tous les monuments commémorant les victimes de la guerre en France après une menace relayée par Interpol.

La ville d'Ypres est en alerte à la suite d'une information selon laquelle un ressortissant britannique de 47 ans, disparu en novembre 2011, "aurait l'intention de mettre fin à ses jours devant un monument de guerre", selon le commissaire principal Luc Deryckere, de la zone de police Arro Ieper.

monument de guerre", selon le commissaire principal Luc Deryckere, de la zone de police Arro Ieper.
Interpol, l'organisation internationale qui soutient les services de police à travers le monde pour prévenir et combattre la criminalité, a récemment envoyé un avis selon lequel le disparu aurait l'intention de se faire exploser devant un monument de guerre.
"C'est pourquoi chaque soir nous renforçons la surveillance durant la cérémonie du Last Post, sous la porte de Menin", explique Luc Deryckere, qui ne veut toutefois pas gonfler l'affaire. "Il n'y a pas d'indication spécifique selon laquelle il souhaite mettre son projet à exécution dans notre ville", ajoute-t-il.
"Il y a aussi des monuments de guerre dans d'autres pays. Nous ne prévoyons pas non plus, pour cette affaire, de personnel supplémentaire. Il s'agit d'une disparition inquiétante comme il y en a beaucoup."
Le disparu possède de nombreux tatouages. Rien que sur les bras, il en a une quarantaine et sur sa nuque, deux dragons sont dessinés.