Ford Genk : les syndicats seront informés mercredi

Les syndicats de l’usine limbourgeoise du constructeur automobile américain sont invités par la direction à une réunion ce mercredi à 8h45. Elle portera sur les plans de restructuration du groupe en Europe et plus précisément sur les mesures d’assainissement pour l’entreprise de Genk. Les syndicats s’étaient déjà rendus la semaine dernière à Cologne, en Allemagne, pour tenter d’en savoir plus, mais en vain.

La direction du groupe Ford à Detroit, aux Etats-Unis, doit décider ce mardi soir et dans la nuit de mardi à mercredi des mesures d’assainissement pour l’entreprise automobile. L’impact de ces mesures pour le site limbourgeois de Genk devrait donc être connu mercredi matin.

La direction a d’ailleurs invité les syndicats à une réunion à 8h45, ce mercredi, pour les informer sur les plans de restructuration du groupe Ford en Europe.

Jeudi dernier, les syndicats s’étaient déjà rendus à Cologne, en Allemagne, pour s’entretenir avec le patron de Ford. Ils espéraient recevoir davantage de détails sur les projets de la direction pour l’implantation de Genk, mais étaient restés sans réelle réponse.

Les syndicats sont particulièrement inquiets depuis que le quotidien américain Wall Street Journal a indiqué que la direction de Ford travaillerait à un plan de restructuration pour ses usines en Europe. Une des possibilités serait la fermeture du site limbourgeois, selon le prestigieux journal. Bien qu’il soit très cher, ce scénario présenterait aussi des avantages, écrit le WSJ. Les syndicats belges auraient notamment moins de pouvoir que leurs homologues en Grande-Bretagne ou en Allemagne.

Ce lundi, les syndicats de Ford Genk ont écrit une lettre à la direction américaine du groupe, pour tenter d’obtenir davantage d’informations. Ils veulent aussi des certitudes sur la production reportée de la nouvelle Mondeo à Genk, alors qu’un planning provisoire des jours de chômage économique que la direction a établi prévoirait 36 jours d’inactivité des travailleurs entre les mois d’octobre et de décembre. L’usine fermerait ainsi 21 jours en octobre et novembre, ainsi que tout le mois de décembre.

En cause, une diminution des ventes de grosses voitures - en raison de la crise économique - du type de celles qui sont assemblées à Ford Genk. Les demandes pour les Ford Mondeo seraient aussi en baisse dans l’attente de la sortie du nouveau modèle.