La police fédérale définit ses priorités

La nouvelle commissaire générale de la police fédérale, Catherine De Bolle veut renforcer la flexibilité et aussi affirmer des valeurs d'intégrité, de respect, de transparence et de fierté. Elle entend aussi pousser plus loin la professionnalisation du service.

Catherine De Bolle veut renforcer la flexibilité de la police fédérale, pour coller mieux à l'évolution de la société et de son environnement. "Cela signifie par exemple que de nouvelles directives sont mises en œuvre de façon à ce que le personnel n'en subisse qu'un minimum de désagréments", précise la commissaire générale dans sa lettre de mission.

Elle veut aussi affirmer des valeurs d'intégrité, de respect, de transparence et de fierté. La police fédérale "travaillera sur son identité en vue de renforcer la cohésion interne, la loyauté ainsi que l'honneur".
La commissaire générale entend aussi pousser plus loin la professionnalisation du service pour augmenter la satisfaction des citoyens et améliorer l'appui et la coopération avec la police locale. Elle prévoit également "d'étudier l'impact de la réforme judiciaire sur la police judiciaire fédérale et la préparer à cette évolution".
La ministre de la Justice s'est réjouie de la désignation de Mme De Bolle, arrivée à la tête de la police fédérale le 1er mars dernier, et a souligné l'importance d'une bonne collaboration entre la police et la justice dans les réformes à venir.
 

Démission de Glenn Audenaert

Le chef de la police judiciaire bruxelloise, Glenn Audenaert, suspendu depuis la fin du mois de juin à la suite d'une enquête pour faux en écriture et violation du secret professionnel, a remis sa démission, a annoncé jeudi la porte-parole de la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet.
Glenn Audenaert aurait déjà fait part, dans une lettre rédigée en juillet, de son intention de ne pas briguer une nouvelle nomination, sans pour autant reconnaître avoir commis une faute.
"Cette première lettre n'était pas conforme aux règles", selon la porte-parole. Une deuxième lettre est dès lors parvenue vendredi dernier au directeur général de la PJF ad interim, Valère De Cloet.
La démission doit désormais être actée dans un arrêté royal. La recherche d'un nouveau candidat pourra alors débuter.