Grève sur le rail sans chaos sur les routes

La grève du rail particulièrement bien suivie n'aura finalement pas entraîné d'embouteillages monstres sur les routes belges. Et si l'heure de pointe a débuté plus tôt ce mercredi après-midi, c'est principalement en raison des fortes pluies qui se sont abattues sur le pays, a commenté Hajo Beeckman, du Vlaams Verkeerscentrum.

Peu avant 18h00, la circulation restait néanmoins très difficile sur le ring intérieur et extérieur de Bruxelles, notamment en raison d'un accident au carrefour Léonard, en direction de Waterloo. Un accident à Ternat, en direction de Gand, paralysait également le trafic sur le ring de la capitale à partir de Zaventem.
Aucun train n'a circulé ce mercredi en Belgique à la suite d'un mouvement de grève de 24 heures initié par le front commun syndical après l'échec des négociations avec le gouvernement. Partisans d'une entreprise intégrée, les représentants des travailleurs s'opposent à une structure bicéphale pour la SNCB, telle que voulue par le ministre en charge des Entreprises publiques, Paul Magnette.

L'action, dénoncée par les organisations patronales et les associations d'usagers, a débuté hier/mardi à 22h00 et doit se terminer ce mercredi à la même heure. Le trafic devrait ensuite reprendre progressivement.
"Tout le rail belge a été touché, que ce soient les trains de voyageurs nationaux, internationaux ou les trains de marchandises", a indiqué une porte-parole du gestionnaire du réseau ferroviaire, Infrabel.
"Environ 85% du total du personnel de la SNCB ne s'est pas présenté au travail", a de son côté affirmé la CGSP-Cheminots tout en accusant la direction de la société de chemins de fer de "tronquer les chiffres de participation à la grève" en incitant les cheminots à poser un jour de congé. Une affirmation catégoriquement démentie par la SNCB.
Cette dernière a toutefois estimé que les deux tiers des conducteurs de train en Flandre et environ la moitié en Wallonie et à Bruxelles avaient souhaité prendre leur service, mais qu'ils en avaient été empêchés par les piquets mis en place par les organisations syndicales.
Une nouvelle réunion entre les syndicats et Paul Magnette est prévue vendredi midi.

Des centaines de voyageurs étrangers surpris par la grève à Bruxelles-Midi

A la gare Bruxelles-Midi, des centaines de voyageurs étrangers ont été surpris, mercredi matin, par la grève de 24h des conducteurs de train et l'arrêt général du réseau.

Les voyageurs ont été obligés de trouver une alternative pour atteindre leur destination finale. Les collaborateurs de Thalys et d'Eurostar leur ont indiqué, entre autres, la possibilité de rejoindre Lille par bus. A partir de la ville du nord de la France, ils peuvent poursuivre leur trajet en train. Des bus vers les Pays-Bas et l'Allemagne sont aussi proposés.
A la gare de Bruxelles-Midi, tous les accès ont été bloqués par des piquets de grève. Seule l'entrée située place Horta est ouverte pour permettre l'achat de ticket pour un train international.

12% des fonctionnaires flamands ont fait du télétravail

Sur les 14.091 agents de la fonction publique flamande, 1.743 (12,4%) travaillaient à domicile mercredi, jour de la grève des chemins de fer, a fait savoir le ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois (N-VA).Le ministre qualifie ce résultat de succès. Les mercredis sans grève, 4,3% du personnel effectue du télétravail.Par ailleurs, 7,3% des agents ont pris un jour de congé ce qui n'est pas plus qu'un mercredi normal. Lors de la grève générale du 30 janvier, 23% des fonctionnaires flamands ont effectué du télétravail et lors de la précédente grève du rail le 22 décembre, 15% des agents avaient travaillé à la maison.Ces chiffres ne tiennent pas compte des agents qui ont congé le mercredi en raison d'un régime de travail à temps partiel.