Des policiers français dans le quartier chaud de Gand

La ville de Gand veut prendre des mesures pour mettre fin aux nuisances dans le quartier où est pratiquée la prostitution. Afin d’intimider les clients originaires du nord de la France, les policiers gantois vont patrouiller avec des collègues français.

"Les filles sont plus jolies ici, les clients ne risquent pas de se faire sanctionner pour avoir acheté les services d’une prostituée et il y a moins de risque de se faire voler son argent". Telles sont quelques-unes des raisons pour lesquelles les Français du nord se rendent dans le quartier chaud de Gand, une ville située à une cinquantaine de kilomètres de la frontière française.

Mais ce succès - ils sont parfois plus de 300 lors des week-end - provoque régulièrement des nuisances en rue : bruits de voiture, alcoolisme et agressivité.

Au mois de juin, durant une action à grande échelle, les "touristes de la prostitution" issus du nord de la France ont été identifiés grâce à la collaboration du commissariat transfrontalier de Tournai. La ville de Gand veut maintenant aller encore plus loin.

Afin de combattre ces nuisances, des policiers gantois vont patrouiller avec des collègues du nord de la France. "Ces patrouilles mixtes doivent surtout avoir un effet dissuasif", a déclaré le commissaire de police Manuel Gonzalez. "Nous faisons sortir les clients de l’anonymat, nos collègues français peuvent se faire une idée de qui sont exactement ces clients de prostituées. C’est donc positif pour nous mais aussi pour les Français" souligne encore Manuel Gonzalez.

Les prostituées doivent se rhabiller

La ville de Gand avait déjà décidé de prendre des mesures afin de limiter les tenues provocantes des prostituées. A partir du 1er octobre, une amende de 120 euros peut être infligée à toute professionnelle du sexe qui continuera à s'exhiber "nue, en sous-vêtement, en bikini ou en vêtement transparent", à "danser en vitrine" ou "à mimer des actes sexuels", selon le nouveau règlement de police adopté par le collège communal.

Une équipe de la BBC World a effectué récemment un reportage sur le nouveau règlement vestimentaire. Le bourgmestre Daniel Termont (SP.A) se défend d’être anti-prostituées. "Une ville comme Gand a besoin de prostituées, mais elles doivent respecter certaines règles“, a-t-il expliqué.