L’agriculteur flamand gagne la moitié d’un salarié

Les chiffres du Boerenbond - le plus grand syndicat des agriculteurs en Flandre - indiquent qu’un fermier flamand gagnera cette année en moyenne 21.300 euros. C’est un quart de salaire en moins qu’il y a 5 ans, et c’est surtout la moitié de ce que gagne en Flandre un travailleur salarié moyen. Les éleveurs de bétail laitier et de porcs éprouvent le plus de difficultés financières.

Près de 40.000 personnes travaillent actuellement dans les secteurs agricole et horticole en Flandre. Au cours de ces dernières années, elles ont vu leur salaire diminuer progressivement. Aujourd’hui, elles gagnent ainsi 25% en moins qu’il y a 5 ans et seulement la moitié de ce que perçoit un salarié moyen.

Prix de vente à la baisse, matières premières à la hausse

Le chiffre d’affaires dans l’agriculture a beau avoir augmenté de 10%, les produits sont systématiquement vendus à des prix trop bas, explique le syndicat Boerenbond.

D’autre part, les coûts pour l’énergie, l’engrais et le fourrage ont nettement augmenté. Les oscillations extrêmes des prix pour les matières premières agricoles rendent l’addition particulièrement lourde pour les fermiers flamands.

Le Boerenbond tire donc la sonnette d’alarme. Le revenu des agriculteurs reste médiocre, indique le syndicat. « Plus que jamais, nous avons besoin de salaires plus élevés et plus stables, s’il l’on veut préserver l’existence du secteur de l’agriculture et de l’horticulture ».

« Autrefois, la politique agricole européenne maintenait tout le monde sur le pont, mais ce n’est plus le cas depuis 2003 », précise François Huyghe du Boerenbond. « Les effets des règles adoptées en 2003 par l’Europe ne se sont manifestés qu’à partir de 2007. Jusque-là, l’Europe était très active dans la politique des prix, alors qu’à l’heure actuelle la libéralisation du marché joue un rôle bien plus prépondérant ».