12.000 travailleurs au noir coincés l’an passé

L’année dernière, un contrôle sur trois effectué par l’inspection sociale a abouti à un constat de travail au noir. Au total, quelque 12.000 travailleurs au noir ont ainsi été attrapés. Parmi ceux-ci, 4.800 travaillaient dans le secteur de l’horeca.

Sur les 36.000 contrôles effectués par l'Inspection sociale pour suspicion de travail au noir en 2011, 32% ont débouché sur un constat d'infraction. L'an dernier, 400 millions d'euros ont ainsi pu être récupérés: 370 millions de cotisations patronales éludées par les employeurs et 25 millions d'allocations de chômage indûment perçues par les travailleurs.

Les infractions ont principalement été constatées dans le secteur de l'horeca (4.800 fraudes), la construction (1.400), le commerce de détail (880), les fruiticulteurs et maraîchers (700), les sociétés de nettoyage (250) et les garages et car-wash (200).

Par ailleurs, sur 300 travailleurs "détachés" étrangers contrôlés dans huit abattoirs belges, l'an dernier, 100 avaient dépassé la période de détachement autorisée (deux ans maximum), qui consiste à verser les cotisations patronales dans le pays d'origine, à des "tarifs" jusqu'à dix fois inférieurs aux retenues pratiquées en Belgique.