Un Belge sur six risque de tomber dans la pauvreté

Près d’ un Belge sur six présente un risque de pauvreté et d’exclusion sociale. En prévision de la Journée mondiale contre la pauvreté, mercredi, le SPF Economie a publié les résultats d'une enquête réalisée auprès de 6.000 ménages belges.

Le risque de pauvreté monétaire est présent lorsqu'un isolé gagne au maximum 1.000 euros par mois (seuil de pauvreté) et qu'un ménage avec deux enfants n'a que 2.101 euros pour vivre. Les familles monoparentales et les chômeurs font partie des groupes sociaux les plus exposés à ce risque.

Par ailleurs, 6% de la population souffre de privation matérielle grave, selon l'étude. Ne pas être en mesure de payer un loyer ou des factures courantes, de chauffer correctement son domicile, de faire face à des dépenses imprévues, de consommer de la viande... sont autant de facteurs pris en compte pour déterminer une situation de privation matérielle grave, explique le SPF Economie dans un communiqué.
Il ressort en outre de l'enquête que 14% des personnes de moins de 60 ans vivent dans un ménage à faible intensité de travail, c'est à dire où l'on travaille moins d'un cinquième du temps.
De manière plus générale, "les personnes confrontées à un de ces trois risques (pauvreté monétaire, privation matérielle grave ou faible intensité de travail) sont considérées comme à risque de pauvreté ou d'exclusion sociale", souligne encore le SPF Economie. D'après l'étude, 21% des personnes sont à risque de pauvreté ou d'exclusion sociale en Belgique.

Un tissu blanc noué à la fenêtre

La secrétaire d'Etat en charge de la Lutte contre la pauvreté, Maggie De Block (Open VLD), appelle les Belges à accrocher mercredi un tissu blanc noué à leur fenêtre "comme symbole à notre détermination à lutter ensemble contre la pauvreté des enfants, les familles monoparentales, les personnes âgées, les chômeurs, etc.".
Maggie De Block joindra l'acte à la parole en son domicile de Merchtem, ainsi qu'à son cabinet ministériel à Bruxelles, a-t-elle indiqué mardi.
Selon la secrétaire, "chaque jour est en réalité une journée contre la pauvreté", a-t-elle ajouté, en référence au plan fédéral de lutte contre la pauvreté qui compte 118 points et qu'elle a présenté le 14 septembre dernier.