Communales: Rififi en Flandre aussi

Le député flamand Peter Reekmans, du parti conservateur LDD (Libertair, Direct, Democratisch) a créé la surprise à Glabbeek en devenant bourgmestre de cette commune du Brabant flamand. Le CD&V, Samen/Open VLD et la N-VA l’accusent de subornation, après qu’une élue du CD&V a décidé de rejoindre la liste Dorpspartij.

Au niveau national, Peter Reekmans fait partie du LDD. Dans le cadre des élections communales, il a toutefois présenté une liste baptisée Dorpspartij. 

A la surprise générale, Reekmans est parvenu à former une coalition avec le SP.A. Ces deux partis faisaient face à une tentative de coalition entre le CD&V, Samen/Open VLD et la N-VA. Ces derniers se sont toutefois vus perdre leur majorité lorsqu’une élue du CD&V, Hilde Holsbeeks, a décidé de se ranger aux côtés du Dorpspartij.

A Glabbeek, le Dorpspartij de Peter Reekmans et le CD&V ont chacun obtenu 6 sièges. Le cartel Samen/Open VLD en a eu 2, le SP.A aussi, et la N-VA 1 seul. Durant la soirée de dimanche, le CD&V, Samen/Open VLD et la N-VA ont annoncé qu’ils allaient former ensemble une coalition. Mais selon Reekmans, l’élue CD&V Hilde Holsbeeks n’était pas d’accord avec cette unification et a décidé de se rattacher au Dorpspartij.

Reekmans a entamé des négociations avec le CD&V sans que celles-ci n’aboutissent. Il s’est alors tourné vers le SP.A. Les deux formations sont parvenues à un accord. Le député LDD s’est dès lors approprié l’écharpe de bourgmestre.

Ce mouvement est loin d’avoir plu aux trois partis qui voulaient prendre les commandes à Glabbeek. Dans un communiqué, le CD&V, Samen/Open VLD et la N-VA accusent le Dorpspartij d’avoir corrompu Hilde Holsbeeks en lui promettant de nombreux avantages financiers et un mandat d’échevine. Ils parleraient également d’un emploi pour son fils.

Dans une interview sur les ondes de Radio 1 (VRT) ce matin, Peter Reekmans a démenti ces propos. Il a indiqué avoir tout fait pour attirer le CD&V dans la coalition, mais qu’il a fait face à un parti réticent.