Le CD&V perd 4 majorités absolues sur 10

Le CD&V a perdu sa position dominante dans quatre communes flamandes sur dix où le parti avait une majorité absolue. Dans de nombreuses communes, les chrétiens-démocrates flamands doivent donc se lancer à la recherche d’un partenaire de coalition ou alors au contraire se faire détrôner par l’opposition.

Le réveil a été difficile pour de nombreux bourgmestres du CD&V. L’histoire du parti des chrétiens-démocrates flamands est illustrée par une longue tradition de majorités absolues, surtout dans les communes rurales. Dans ces communes, le CD&V peut ainsi très souvent gouverner seul, et mener sans obstacles ses politiques prioritaires.

La majorité absolue est un symbole fort représentant l’encrage local d’un parti. Jusqu’à présent, le CD&V avait le pouvoir absolu dans quelque 79 communes flamandes. A la suite des élections de dimanche dernier, il n’en dénombre plus que 47.

Une perte de 40%

En pourcentage, le nombre de majorités absolues du CD&V recule ainsi de 40%. Cela signifie que dans les conseils communaux concernés, le parti ne dispose plus de la moitié des sièges plus un siège.

Le CD&V doit dès lors chercher un partenaire de coalition. Dans le cas où les partis de l’opposition se rassemblent, il pourrait en outre se faire détrôner. C’est notamment ce qui est en train de se passer dans une série de communes rurales où le parti régnait seul depuis la fusion des communes en 1977.

De 1 sur 4 à 1 sur 10

Par rapport au nombre total de communes en Flandre, le CD&V passe de une commune sur quatre où il détenait la majorité absolue à une commune sur dix.

C’est notamment le cas à Zwevegem, Rotselaar, Lierde, Duffel, Eeklo, Bornem, Avelgem, Geel ou encore Herselt.