Alcatel-Lucent : 290 postes belges menacés

L’entreprise française de télécommunications prévoit de supprimer 290 emplois en Belgique. La nouvelle a été annoncée ce jeudi, lors d’un conseil d’entreprise européen à Paris. Aucune procédure de licenciement n’a cependant encore été lancée sur les sites belges d’Anvers ou de Namur.

A la fin du mois de juillet dernier, le groupe français de télécommunications Alcatel-Lucent annonçait son intention de supprimer 5.000 postes dans le monde. Il cherche en effet à réduire ses coûts de 1,25 milliard d’euros d’ici la fin de 2013.

Ce jeudi, au cours d’un conseil d’entreprise européen tenu à Paris, des précisions ont été apportées au plan de restructuration Le nombre de suppressions d’emplois a ainsi été fixé à 5.490, dont 3.300 postes en Europe. En Belgique, ce sont 290 emplois qui seront sacrifiés, a confirmé la direction belge du groupe.

La responsable de la communication en Belgique, Kathleen De Smedt, n’a pas pu donner davantage de détails sur les pertes d’emplois. Aucune procédure de licenciement n’a en effet été lancée à ce stade. Fin janvier, 185 licenciements avaient déjà été annoncés à l’entreprise anversoise. A l’époque, il y avait eu suffisamment de départs volontaires que pour limiter le nombre de licenciements secs à 27.

Alcatel-Lucent emploie actuellement 1.677 personnes en Belgique, dont 1.555 à Anvers et 122 à Namur.