Di Rupo fustige les indépendantistes de la N-VA

"L’Europe doit s’attaquer à la crise afin d’enrayer la montée des populistes et des indépendantistes, comme la N-VA", a déclaré Elio Di Rupo lors du Sommet européen qui se déroule ces jeudi et vendredi à Bruxelles.

Le Prix Nobel de la Paix a récemment été décerné à l’Union européenne. L’attribution de ce prix a été discutée au Sommet de Bruxelles. Une discussion est alors née sur la crise économique et la montée du populisme, en Europe.

Notamment les Premiers ministres italien Mario Monti et grec Antonis Samaras ont établi un lien entre la crise économique et la montée du populisme. Mario Monti a même proposé la tenue d'un sommet informel sur le sujet.

Prenant la parole, le Premier ministre belge Elio Di Rupo a rappelé à ses collègues que sur les 150 membres de la Chambre des représentants, il y avait en Belgique environ 40 députés qui souhaitaient la division du pays. Il faisait allusion aux membres de la N-VA et du Vlaams Belang, qui ensemble possèdent 39 sièges à la Chambre.

"Ce n’est un secret pour personne que nous avons en Belgique des partis indépendantistes qui ont récemment gagné les élections en particulier à Anvers" a déclaré Elio Di Rupo.

Interrogé à l'issue des discussions, le Premier ministre a éludé la question d'un journaliste de la VRT qui lui demandait si la N-VA représentait "un danger pour l'Europe".

Elio Di Rupo s'est contenté de répondre: "Afin de redonner espoir à la population, l’Europe doit trouver des instruments comme la supervision bancaire et le pacte de croissance".