Un échevin des Affaires flamandes à Alost

La ville d’Alost (Flandre orientale) va nommer un échevin des Affaires flamandes et de l’Intégration dans le cadre de sa nouvelle législature. L’échevin aura pour rôle de veiller au maintien du caractère flamand de la ville. "Ce n’est pas une provocation, mais une histoire positive d’intégration" a souligné le futur bourgmestre N-VA d’Alost, Chrisophe D’Haese.

Aux yeux du nouveau bourgmestre Christophe D’Haese (petite photo), cette fonction est absolument nécessaire, car la ville d’Alost est confrontée à une "francisation" croissante, a-t-il ainsi expliqué ce matin lors de l’émission "De ochtend" sur les ondes de Radio 1 (VRT).

Selon Christophe D’Haese, de plus en plus d’habitants de la Région bruxelloise et de ses environs viennent s’installer dans les villes et les communes situées le long de la ligne ferrovière Bruxelles-Gand, ce qui mène à une augmentation de l’utilisation de la langue françaises dans ces villes.

Si le bourgmestre N-VA a indiqué que tout le monde était "bienvenu à Alost", il a également souligné qu’il était important pour son parti de "veiller à l’authenticité et au caractère flamand d’Alost". Pour Christophe D’Haese, il est absolument nécessaire d’apprendre le néerlandais afin de pouvoir s’intégrer.

L’échevin des Affaires flamandes et de l’Intégration devra tout d’abord "faciliter tout ce qui est lié à la langue", et faire en sorte que les lois linguistiques soient respectées par les personnes non-néerlandophones. Il devra également veiller sur la langue utilisée dans le cadre des affaires administratives, et notamment dans les écoles et les crèches.

Pour la N-VA, les symboles ont également leur poids : "Nous trouvons ainsi que la présence de drapeaux sur les bâtiments est importante", a souligné Christophe D’Haese.

Pour ce dernier, l’objectif principal est de sensibiliser la population. "Cela fait des années que l’on ne porte plus d’attention à cette problématique, or nous nous faisons souvent interpellés à ce sujet. Ce n’est pas pour rien qu’un électeur Alostois sur trois a voté pour la N-VA, et un de nos points forts dans notre programme est justement le maintien du caractère flamand", a encore expliqué le futur bourgmestre.

Selon Christophe D’Haese, la désignation de cet échevin n’est pas une provocation, mais "une histoire positive d’intégration". "Nous voulons bien accueillir les non-néerlandophones. Mais pour cela ils ont besoin d’instruments, et l’instrument par excellence est la langue", a-t-il conclu.