De Wever exclut le Vlaams Belang et le PVDA+

Le Vlaams Belang et le PVDA+ ne participeront plus cette semaine aux discussions menées par l’"informateur" anversois Bart De Wever (N-VA). Les têtes de liste des deux partis n’ont en effet pas reçu d’invitation de la part du futur bourgmestre d’Anvers.

La tête de liste du parti flamand d’extrême droite Vlaams Belang, Filip Dewinter, s’est dit indigné face à cette absence d’invitation. "Alors qu’officiellement, Bart De Wever et la N-VA sont opposés au cordon sanitaire infligé au Vlaams Belang, il semble que dans la pratique, il l’applique rigoureusement", estime-t-il. "Bart De Wever se fait mener à la baguette par les partis traditionnels".

Selon Filip Dewinter, l’"informateur" anversois aurait mieux fait de laisser ses options ouvertes, car à la fin des négociations, il n’aura sans doute pas d’autre choix que de collaborer d’une manière ou d’une autre avec le Vlaams Belang. "De Wever est à présent devenu l’otage des partis traditionnels en général et de la gauche (SP.A et Groen) en particulier", a-t-il conclut.

De son côté, la tête de liste de la gauche radicale PVDA+, Peter Mertens (photo), ne s’attendait pas à une nouvelle invitation de Bart De Wever.

"Nous avions signalé que nous voulions revoir le financement des villes et des communes par la Flandre, mais j’ai eu l’impression que la N-VA ne désirait pas aborder le sujet", a déclaré Peter Mertens. "Nous ne nous sommes donc pas retrouvés dans le cadre des discussions sur la marge de manœuvre politique au niveau financier". Peter Mertens a également indiqué qu’il n’était pas déçu, car le PVDA+, qui a créé la surprise à Anvers en obtenant quatre sièges, comptait de toute façon siéger dans les rangs de l’opposition.

Dès ce mardi, Bart De Wever recevra pour la deuxième fois les têtes de liste des autres partis. Ils aborderont ensemble les questions autour de la situation financière de la ville. Aucune communication ne sera faite concernant le lieu et l’heure de ces rencontres.