Eddy Merckx : "J’en suis malade"

Dans une interview accordée au quotidien Le Soir et publiée ce mardi, l’ancien champion cycliste belge (photo principale) réagit à la suite de la décision de l’UCI de priver l’Américain Lance Armstrong (41 ans) de ses 7 victoires au Tour de France entre 1999 et 2005. Eddy Merckx et Lance Armstrong se connaissaient bien, mais le coureur américain rescapé d’un cancer n’aurait jamais parlé de dopage à celui qui était un peu son confident. Merckx se dit très attristé, pour le sport cycliste essentiellement.

Ce lundi, l’Union cycliste internationale (UCI) décidait de suivre les conclusions de l’Agence antidopage américaine (USADA) sur les pratiques de dopage existant au sein de l’équipe cycliste US Postal, portées notamment par l’une de ses vedettes Lance Armstrong (photo). Le rapport de l’USADA est également très accablant pour l’ancien directeur sportif de l’équipe, le Belge Johan Bruyneel. L’UCI rayait donc d’un trait tout le palmarès de l’ancien roi du peloton, le privant ainsi de ses 7 victoires au Tour de France entre 1999 et 2005.

Dans les pages du quotidien bruxellois Le Soir, l’ancien champion cycliste belge Eddy Merckx s’exprime ce mardi sur le cas de l’Américain, dont il était un proche et un confident. « J’en suis malade, pour mon sport exclusivement », avoue Merckx. « J’ai rencontré Lance à de nombreuses reprises, jamais il ne m’a parlé de dopage, de médecins ou d’autres choses. Il n’avait pas de comptes à me rendre non plus, c’était son problème, mais je suis tombé dans le panneau. Je suis étonné de lui, surtout après ce qu’il a vécu ».

Eddy Merckx critique aussi les coureurs cyclistes qui ont collaboré au rapport de l’USADA et ont fait des révélations sur les pratiques de dopage au sein de l’équipe US Postal, ou sur leurs propres pratiques de dopage. « Je suis aussi fâché contre les coureurs qui parlent après auprès des enquêteurs. Bon sang, qu’ils parlent pendant, au moins cela servirait la cause. Après, c’est trop tard. Si un coureur s’inquiète de pratiques douteuses, il a le devoir de s’exprimer pour le bien des autres », estime Merckx.

Merckx retrouve son record de 5 victoires

La décision de l’UCI de priver Lance Armstrong de ses 7 victoires à la Grande Boucle a pour conséquence qu’Eddy Merckx retrouve, 8 ans après l’avoir perdu, son record de 5 victoires au Tour de France.

Avant les succès du coureur texan, le Belge partageait ce record avec les Français Jacques Anquetil (entre 1957 et 1964) et Bernard Hinault (entre 1978 et 1985), mais aussi avec l’Espagnol Miguel Indurain (entre 1991 et 1995).

Vainqueur du Tour de France de 1969 à 1972 et en 1974, celui que l’on surnommait « le Cannibale » (photo) a porté pendant 111 étapes le maillot jaune de leader. Il détient aussi le record de victoires d’étapes, avec 34 victoires à son nom, soit 6 de plus que Bernard Hinault.