Accord sur le budget 2012 ajusté

Le Comité ministériel restreint s’est mis d’accord, mardi soir, sur des mesures à mettre en œuvre pour garder le budget de cette année sur les rails, en limitant le déficit à 2,8% du produit intérieur brut (PIB). Les principaux ministres du gouvernement fédéral devaient s’accorder sur les moyens de trouver 811 millions d’euros de marge de manœuvre budgétaire. L’élaboration du budget 2013, qui s’annonce nettement plus difficile, débutait ce mercredi.

« Le gouvernement a terminé le contrôle budgétaire 2012. Le Comité de monitoring avait calculé que nous devions trouver 811 millions d'euros pour arriver à un déficit de 2,4% du PIB pour l'Etat fédéral et la Sécurité sociale. Nous avons réussi cette mission", a commenté le Premier ministre à la sortie de la réunion, mardi vers 20h30. Selon Elio Di Rupo (PS), "le gouvernement fédéral respecte donc son engagement à limiter le déficit de l'Etat fédéral et la Sécurité sociale à 2,4% du PIB, et donc 2,8% pour l'ensemble de la Belgique".

Le Premier ministre (photo) a précisé que ses collègues et lui-même avaient procédé à « une double vérification des dépenses et des recettes » dans le souci d’une gestion stricte et « actualisé toutes les estimations avec les dernières données disponibles ».

Le résultat a été atteint grâce à une limitation des dépenses et à quelques éléments conjoncturels favorables, comme des taux d’intérêts à la baisse. Elio Di Rupo a précisé que les citoyens ne ressentiraient rien des mesures prises pour atteindre les 811 millions d’euros d’économies, étant donné qu’il s’agit d’opérations techniques, comme le report ou la suppression de certaines dépenses dans la Sécurité sociale, à la Défense (40 millions d’euros) et la SNCB.

Les travaux d’élaboration du budget 2013 - que le gouvernement fédéral doit présenter au plus vite à la Commission européenne - débutaient ce mercredi. La vice-Première ministre Laurette Onkelinx (PS) a déjà laissé entendre que cet exercice serait nettement plus difficile que celui pour l’ajustement du budget 2012. Le gouvernement devra en effet débloquer des économies ou des revenus supplémentaires pour un montant équivalent à 3,7 milliards d’euros.