Grande marche pour l’avenir à Genk

Plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont regroupées dimanche dans le centre de Genk pour une marche de solidarité avec les travailleurs de Ford Genk. La manifestation, à laquelle de nombreuses personnalités politiques flamandes ont pris part, s’est déroulée dans le calme.

Des syndicalistes et beaucoup de sympathisants, souvent avec leur famille, ont fait le déplacement à Genk. Rouge, bleu, vert, toutes les couleurs syndicales sont réunies en un même front solidaire.

Après une promenade d'environ deux kilomètres, les participants de la "marche pour l'avenir" ont atteint les mines de Winterslag (C-mine). La manifestation s'est déroulée dans le calme. La solidarité envers les travailleurs de l'usine genkoise et la crainte quant à l'avenir étaient les sentiments dominants parmi les manifestants. Peu de slogans ont été entendus pendant la marche.

Les organisateurs estiment le nombre de participants à 20.000. La police l'évalue quant à elle à un nombre entre 13.000 et 15.000 personnes.

Les principaux responsables syndicaux de l’usine, le gouverneur de la province du Limbourg Herman Reynders, le recteur de l'université de Hasselt Luc De Schepper, le président du parlement flamand Jan Peumans et des bourgmestres et échevins de tous partis étaient présents.

De nombreux syndicalistes d'autres entreprises se trouvaient également parmi les manifestants, notamment des représentants de Ford Turquie et d'anciens travailleurs licenciés de Opel Anvers et Renault Vilvorde ainsi que des employés de Philips Turnhout. Jo Vandeurzen et Ingrid Lieten, membres du gouvernement flamand, ont également pris part à la marche.

Sur le terrain de C-Mine, plusieurs concerts sont organisés pour les manifestants dans le courant de l'après-midi.