La SNCB veut investir 26 milliards d’euros d’ici 2025

La SNCB Holding a validé vendredi soir le plan 2013-2025 du groupe, prévoyant près de 26 milliards d’euros d’investissement. Pour le financer, les chemins de fer espèrent obtenir une dotation de 24,225 milliards d’euros du fédéral et trouver le reste via le fonds RER (Réseau Express Régional), des financements alternatifs ou sur fonds propres. Le gouvernement fédéral et les Régions doivent encore se prononcer sur le plan.

Pour financer son plan d’investissement pour les 13 années à venir, la SNCB Holding doit obtenir une dotation de base de 24,225 milliards d’euros du gouvernement fédéral et trouver le reste - pour un total de près de 26 milliards d’euros - via le fonds du RER (soit 770 millions d’euros), mais aussi des financements alternatifs (344 millions) ou sur fonds propres (236 millions d’euros).

Le plan pluriannuel 2013-2025 des chemins de fer belges prévoit notamment 5,228 milliards d’euros d’investissements pour la sécurisation du rail et près de 16,1 milliards d’euros pour une amélioration de la mobilité. Des 2 milliards d’euros prévus pour les Régions, 500 millions serviront au cofinancement de projets d’infrastructure.

Le milliard et demi d’euros restants n’a pas encore été alloué et servira de réserve pour des projets prioritaires en Flandre et en Wallonie, ainsi que pour décharger la région de Bruxelles.

La porte-parole de la SNCB, Leeen Uyterhoeven, parle d’un plan ambitieux. « Il comprend tout un éventail de choses qui sont nécessaires : de nouveaux trains, des lignes de chemins de fer supplémentaires, des investissements dans des gares. Et cela sur une période allant jusqu’en 2025. C’est donc long ». Le plan d’investissement doit-il aussi améliorer la ponctualité des trains ? « Des investissements sont toujours nécessaires pour améliorer la qualité. Il ne peut donc que s’agir d’un pas dans la bonne direction », conclut la porte-parole.

Le plan doit encore être envoyé au ministre fédéral de tutelle, Paul Magnette (PS), qui le transmettra ensuite aux Régions. Par ailleurs, sur les 9 premiers mois de cette année, la SNCB a réalisé un résultat net positif de 2,1 millions d’euros, contre une perte de 110 millions d’euros en 2011 à la même période. La dette totale de la SNCB s’élève à plus de 3,5 milliards d’euros.