Le Flamand moins écolo qu’il ne le pense

Le Flamand moyen est beaucoup moins écologique qu’il ne l’imagine. Près de 50% des Flamands pensent que leur empreinte écologique est limitée. Pourtant si tous les habitants de la planète se comportaient comme nous, il faudrait disposer de quatre fois notre terre.

Environ 43% des Flamands pensent que leur empreinte écologique est limitée. Pourtant il faudrait disposer de quatre fois notre planète si tous les habitants de la terre se comportaient comme les Flamands. C’est ce que révèle une étude de l’Université de Gand.

"Presque tous ceux qui ont participé à l’étude affirmaient faire quelque chose pour réduire leur empreinte écologique" a déclaré le Professeur Wim Verbeke (UGent) mercredi dans l’émission "De ochtend" sur la VRT. Pourtant il s’agit surtout de petits efforts individuels. "Cela va de gestes classiques, comme le tri sélectif, la réduction de la consommation d’énergie et l’isolation des maisons". Des mesures immédiatement perceptibles financièrement.
"Ces nombreux petits gestes ont fait naître la perception que le Flamand moyen faisait ce qu’il fallait alors qu’en réalité nous ne sommes pas de si bons élèves que ça, si on nous compare à d’autres pays". Wim Verbecke conseille de se passer plus souvent de sa voiture et de diminuer le chauffage de quelques degrés. "Ce sont des petits efforts mais qui s’ils se produisent de manière coordonnée peuvent avoir un impact. Et c’est cette coordination qui pourrait faire la différence".
Wim Verbeke relativise les chiffres. "On entend souvent qu’il y a de grandes différences entre les comportements. Ceux qui font les bons gestes ont besoin qu’on les encourage, alors que les autres ont surtout besoin de plus d’informations". Il plaide dès lors pour une politique stimulant la sensibilisation des gens et leur action.