Le bois illégal pas contrôlé au port anversois ?

Au cours des cinq dernières années, aucun chargement de bois illégal n’aurait été saisi au port d’Anvers. Alors que du bois illégal transite par le port de la métropole. Mais les autorités belges - contrairement à la direction du port concurrent de Rotterdam (Pays-Bas) - ne feraient pas contrôler ces chargements, indique la criminologue Lieselot Bisschop. L’information est rapportée ce lundi dans le quotidien De Standaard.
2008 AP

Selon la criminologue Lieselot Bisschop, qui a écrit sa thèse de doctorat à l’université de Gand (Flandre orientale) sur le sujet, l’absence de saisie de bois illégal au port anversois ces 5 dernières années n’est pas due au fait qu’aucun bois illégal ne transite par le port de la métropole (photo), mais au fait que les autorités belges effectuent à peine pareils contrôles.

Au port néerlandais concurrent de Rotterdam, des contrôles sur les chargements de bois sont par contre effectués.

Lieselot Bisschop ne peut citer des chiffres exacts de transports de bois illégal, mais sur base d’interviews anonymes qu’elle a réalisées il semblerait que le trafic de bois illégal est monnaie courante à Anvers. « Le bois illégal n’est pas une priorité pour les autorités », indique la criminologue flamande. « L’impact de la criminalité environnementale est en effet moins tangible que celui des trafics de drogues et d’armes ».

Le ministère des Finances dément que les services de douane n’effectuent pas de contrôles sur les chargements de bois illégal. « Les douaniers doivent contrôler tous les types de chargements. On ne leur a pas donné une liste de priorités », précise le ministère.