Mauvais rapport pour les écoliers flamands

L’étude internationale « Trends in international mathematics and science study » - menée par l’Association internationale pour l’évaluation du rendement scolaire - indique que les connaissances des écoliers flamands de 4e primaire en sciences sont médiocres, alors qu’ils sont parmi les meilleurs d’Europe en mathématiques, derrière l’Irlande du Nord.

L’enquête « Tendances dans l’étude internationale des mathématiques et des sciences » a été menée par l’Association internationale pour l’évaluation du rendement scolaire - consultante pour l’Unesco - auprès d’élèves de quatrième année primaire. Cette étude révèle, notamment, que l’enseignement en Flandre obtient de mauvais résultats pour les sciences en primaire, alors qu’il se situe parmi les meilleurs d’Europe pour les mathématiques.

Pour ce qui est des sciences, les élèves flamands - et notamment les filles - se classent donc en fin du peloton, ne devançant que la Pologne, l’Espagne et la Norvège. « Cela s’explique par le fait que les sciences ne sont enseignées que dans les dernières années du primaire », indique Jan Van Damme de l’Université Catholique de Louvain (KUL). « Mais nous constatons aussi que nos enseignants ne se sentent pas à l’aise dans cette matière ». Des actions sont notamment menées pour attirer davantage de filles vers les études plus techniques.

"La Flandre stagne"

Pour l’enseignement des mathématiques, la Flandre se place par contre en tête des élèves européens, derrière l’Irlande du Nord. A l’échelle mondiale, ce sont Singapour, la Corée du Sud et Hong Kong qui forment le trio de tête.

Jan Van Damme tire néanmoins la sonnette d’alarme. « Je vois beaucoup de pays qui réalisent des progrès au fil des ans. Mais la Flandre stagne. Dans certains cas, nous constatons même une régression ».

"Des mesures s’imposent"

Le ministre flamand de l’Enseignement, Pascal Smet (SP.A, photo), reconnait qu’il y a un problème avec l’enseignement des sciences en Flandre. « Au vu des résultats faibles, une série de mesures semblent s’imposer, en collaboration avec les acteurs dans l’enseignement ».

Le processus de réforme de l’enseignement secondaire doit ainsi prévoir aussi certaines adaptations dans l’enseignement primaire. Pascal Smet voudrait que pendant les premières années de l’école primaire une attention accrue soit portée aux sciences et que les enseignants y perdent leur insécurité face à la matière. Il espère pouvoir ainsi encourager des élèves à opter pour des branches techniques dans le secondaire.

404 Resource at '/content/vrtnieuws/fr/error/404.sdi.html' not found: No resource found

Resource at '/content/vrtnieuws/fr/error/404.sdi.html' not found: No resource found

Cannot serve request to /vrtnws/fr/error/404.sdi.html on this server


Apache Sling