Le Soir : "Les gens sont vraiment à bout"

Les salariés du groupe Rossel, qui édite le journal Le Soir, ont arrêté le travail hier pour protester contre le plan social prévoyant le départ de 10% du personnel via un plan d’économies de trois millions d’euros dont la moitié par réduction de la masse salariale. Le quotidien n’est donc pas paru ce samedi.

L'arrêt de travail a été approuvé lors d'un vote à bulletin secret. "Après le vote, nous avons demandé au personnel de quitter la rédaction, ce que la plupart des gens est en train de faire", a souligné un représentant de la délégation syndicale du Soir, Ricardo Gutiérrez.

Rossel & Cie, qui emploie 340 personnes, dont une centaine de journalistes au Soir, au Soir Magazine et au site internet lesoir.be, a annoncé en novembre son intention d'économiser 1,5 million par réduction de la masse salariale, et 1,5 million d'euros par des mesures diverses.

Le plan, dont les détails ont été présentés vendredi, prévoit la suppression de 35 suppression équivalents temps-plein, principalement sous la forme de départs en préretraites à partir de 55 ans, selon Ricardo Gutiérrez. Les départs volontaires via un "guichet de départ" seront également possibles.

Un tiers des départs pourraient s'opérer au sein de la rédaction du quotidien Le Soir, mais le délégué n'exclut pas que les volontaires soient plus nombreux. "Ce que je crains, c'est l'après-plan, quand les effectifs de la rédaction se seront encore réduits."

Parmi les mesures de réduction de coûts, destinées à atteindre le chiffre de trois millions d'euros, figure aussi la réduction de la pagination -le quotidien devrait passer de quatre à deux cahiers. Le plan d'économies s'inscrit toutefois dans un plan plus large: le groupe Rossel a prévu d'économiser 10 millions d'euros en Belgique.

La direction dénonce une "grève sauvage"

A l'issue d'une assemblée générale de plus de deux heures, le personnel a donc décidé d'arrêter le travail jusqu'à la fin de la journée, empêchant ainsi la parution du journal ce samedi. "La demande de l'arrêt de travail est venue de la rédaction, qui voulait marquer sa réaction à l'annonce officielle du plan social", a expliqué Ricardo Gutiérrez. Le vote à bulletins secrets s'est soldé par 121 voix pour l'arrêt de travail, 75 contre et 3 abstentions.

De son côté, la direction du journal a dénoncé une "grève sauvage", qui va se traduire par une perte de 250.000 euros en raison de la non-parution de l'édition de samedi, la "plus importante en termes de diffusion et de revenus publicitaires", selon le directeur-rédacteur en chef du Soir, Didier Hamann.

"Nous sommes surpris, car en principe nous devions entrer dans une phase de négociations et nous attendions des contre-propositions, qui ne sont pas venues. Pourquoi aller si vite? Ce n'est pas une façon très adulte de négocier", a déclaré M. Hamann à l'AFP.

Il a ajouté que les mesures d'économies "devront de toute façon être prises" et estimé que cet arrêt de travail allait "aggraver la situation". La direction justifie ces économies par la baisse des revenus, notamment publicitaires.

404 Resource at '/content/vrtnieuws/fr/error/404.sdi.html' not found: No resource found

Resource at '/content/vrtnieuws/fr/error/404.sdi.html' not found: No resource found

Cannot serve request to /vrtnws/fr/error/404.sdi.html on this server


Apache Sling

Les plus consultés