Un okapi est né au zoo d’Anvers

Le jeune mâle (photo d'archives), né dans la nuit du 15 au 16 décembre, a été baptisé Ngwani et pèse 21 kilos. Depuis l’arrivée en 1919 au zoo d’Anvers de l’espèce de mammifère ruminant du Congo proche de la girafe, c’est la 49e naissance d’un okapi en captivité. L’espèce est en danger.

Le zoo d’Anvers a annoncé la naissance, dans la nuit de samedi à dimanche derniers, d’un okapi mâle pesant 21 kilos. Le bébé se porte bien, tout comme sa mère Yenthe. Il a été baptisé Ngwani, ce qui veut dire « enfant de » en français.

L’okapi est l’animal symbole du zoo anversois (photo), l’un des plus vieux d’Europe. Le tout premier mammifère apparenté à la girafe, mais au cou plus long, y arriva en effet en 1919. Ngwani est le 49e okapi à y naître en captivité. Le zoo possède actuellement huit okapis.

Selon les dernières estimations, il ne subsisterait plus que 10.000 à 35.000 okapis dans les forêts denses de la République démocratique du Congo. C’est le seul endroit où ces ongulés vivent encore à l’état sauvage. La déforestation, le braconnage et la situation instable dans la région menacent en outre la survie de l’espèce. L’animal est d’ailleurs très farouche, précise le zoo anversois.

Le jardin zoologique d’Anvers coordonne un programme européen d’élevage des okapis. Lorsqu’un jeune a atteint l’âge de la reproduction, le zoo décide dans quel autre zoo il sera envoyé, pour y retrouver une femelle minutieusement sélectionnée.