Le village de Manhay recevra enfin des dommages de guerre

La Cour de Cassation a tranché au terme d’années de procédure : l’Etat belge devra verser près de 6 millions d’euros de dommages de guerre à la commune de Manhay, en province du Luxembourg, pour la destruction de biens lors de l’offensive Von Runstedt en décembre 1944. Quelque 68 ans après les faits.

Pendant l’hiver 1944/45, les Américains et les Anglais menèrent une offensive contre les soldats nazis dans les Ardennes belges, enneigées. La sanglante Bataille des Ardennes - qui fera 170.000 victimes parmi les soldats - mènera finalement quatre mois plus tard à la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

La population civile souffrit également énormément de l’offensive dans les Ardennes. Des villages entiers ont ainsi été rayés de la carte par les combats et les bombardements. Le village de Manhay, en province du Luxembourg, devait également endurer des souffrances et des destructions. Mais, contrairement à ce qui a été fait après la guerre pour de nombreux autres villages, Manhay n’avait jamais été dédommagé pour les dégâts encourus.

C’est la raison pour laquelle la commune avait porté plainte en justice. Au terme d’années de procédure, Manhay vient donc d’obtenir gain de cause. La Cour de Cassation a en effet rejeté le pourvoi introduit par l’Etat. C’était son dernier recours possible. L’Etat belge est dès lors condamné à verser à la commune la somme de 5,7 millions d’euros de dommages de guerre.

A cela s’ajoutent des intérêts depuis 2009, date de la condamnation de l’Etat par la cour d’appel de Liège. Les demandes d’indemnisation concernent la destruction de plusieurs bâtiments (église, presbytère et lavoir notamment) pendant l’Offensive Von Rumstedt, en décembre 1944, à Vaux-Chavanne, Dochamps et Odeigne.

L’Etat belge avait toujours refusé d’indemniser ces dossiers, invoquant notamment la prescription. Le calcul du montant des dommages à accorder a été établi au départ d’une expertise de 1946. Cette dernière avait estimé à l’époque les dégâts à près de 3 millions de francs belges. En appliquant le principe de la péréquation et en ajoutant les intérêts, cela fait donc une somme de près de 6 millions d’euros en 2012.

Le bourgmestre de Manhay souhaite que cet argent soit utilisé pour construire des logements sociaux dans sa commune.