Exigences linguistiques plus strictes pour les étrangers

Le ministre flamand de l’Intégration Geert Bourgeois (N-VA) a exprimé son intention d’agir sur la connaissance du néerlandais chez les immigrés. Dans un entretien accordé au Standaard, il estime que le niveau actuel des cours de langue est trop bas pour leur permettre de fonctionner dans notre société. Le gouvernement flamand veut dans ce cadre davantage investir dans les cours de langue pour nouveaux-arrivants.

Dans le cadre de leur parcours d’intégration, les personnes originaires d’un pays hors Union européenne sont déjà obligés de suivre des cours de néerlandais. Ils doivent dans ce cadre  assister à 80% des leçons. S’ils ne remplissent pas cette condition, ils peuvent se voir sanctionnés d’une amende. Selon le ministre flamand, le niveau actuel de formation n’est toutefois pas suffisant.

"Le niveau de néerlandais demandé est si bas que les nouveaux-arrivants ne sont pas capables de trouver leur chemin dans notre société. Cela ne leur permet pas de poursuivre des études ou trouver un travail dans notre société si complexe. Nous devons absolument renforcer ces gens", indique Geert Bourgeois.

Actuellement, les leçons ont pour objectif de permettre d’atteindre le niveau de base A1 de néerlandais. Afin de pouvoir suivre une formation professionnelle auprès de l’office flamand de l’emploi (VDAB), le niveau A2 est de mise. Geert Bourgeois évoque ainsi une obligation de résultat, un test prouvant la connaissance du néerlandais. "Si le résultat du test montre une connaissance insuffisante, il faudra éventuellement suivre des cours supplémentaires". Un débat sur une hausse de l’exigence linguistique est actuellement en cours au Parlement flamand. Aucun accord politique n’est pour l’instant intervenu au sein du gouvernement flamand.