Une plainte pour discrimination contre le procureur d'Anvers

Wouter Van Besien, président du parti écologiste flamand Groen, a décidé de porter plainte contre le procureur d’Anvers Herman Dams auprès du Conseil supérieur de la Justice. Selon Wouter Van Besien, Herman Dams s’est rendu coupable de discrimination .

Le procureur d’Anvers a fait un appel surprenant ce week-end dans les colonnes du quotidien flamand De Standaard. Il y demandait aux habitants de signaler toute action suspecte dans leur rue.

"J’étais choqué", raconte Wouter Van Besien (petite photo). "Dams appelait les citoyens à prévenir la police s’ils voient dans leur rue un véhicule avec une plaque d’immatriculation étrangère. Sa déclaration est une pure discrimination envers les étrangers. Je demande donc qu’il retire ses propos", a souligné le président de Groen dans le Standaard.

"Apparemment, on peut laisser une camionnette avec une plaque belge tranquille, mais si on en voit une avec une plaque étrangère, il faut appeler la police", s’est indigné Wouter Van Besien lors de l’émission matinale De ochtend sur Radio 1 (VRT). "Dams applique deux poids deux mesures, et c’est inacceptable".

Le président de Groen trouve également étrange que "le procureur laisse entendre que la grande criminalité n’est plus importante". Dans les colonnes du Standaard, Herman Dams avait déclaré que "la découverte d’un bateau avec à son bord 800 kilos de cocaïne cachés entre les bananes n’a jamais empêché personne de dormir ". "Moi, je reste réveillé face au trafic de drogue et à la fraude dans le secteur diamantaire", déclare Wouter Van Besien. "Il existe en effet un lien entre les drogues qui arrivent au port et le petit dealer de rue".

"Apparemment, Dams veut arrêter les petites crevettes et laisser les gros poissons nager librement", ajoute encore Wouter Van Besien. "On voit ça de plus en plus dans notre société. Dans le cadre du budget, le citoyen normal est davantage touché que les plus fortunés. Et l’apprentissage du néerlandais est par exemple obligatoire pour la petite crevette, mais pas pour les eurocrates qui viennent vivre ici", conclut le président de Groen.