Un nouveau ministre-président pour Bruxelles

Charles Picqué passera le relai de la ministre-présidence bruxelloise à Rudy Vervoort à l’occasion de la fête de l’Iris en mai prochain. Ce dernier est remplacé à la tête du PS bruxellois par la vice-première ministre, Laurette Onkelinx.

Hier, le bureau de la fédération bruxelloise du PS a donné son feu vert à l'unanimité aux changements qui lui étaient proposés à la tête de la Région et à la présidence de la fédération.

L'actuel président de la fédération et chef du groupe PS Rudi Vervoort succédera donc à Charles Picqué à l'occasion de la Fête de l'Iris en mai prochain et Laurette Onkelinx (photo) devient dès à présent la présidente de la fédération bruxelloise du Parti Socialiste.

Pour s'installer dans la durée, l'accession de la vice-Première ministre Laurette Onkelinx à la présidence du PS bruxellois devra formellement être confirmée lors d'un congrès de fédération. Celui-ci aura lieu le 6 février prochain.

On a appris par ailleurs que Rachid Madrane, récemment désigné secrétaire d'Etat régional à la Propreté publique et à l'Urbanisme, avait remis sa démission en tant que vice-président de la fédération bruxelloise du PS. La personne qui le remplacera sera désignée également lors du congrès du 6 février.

"Une région forte face à la N-VA"

La nouvelle présidente de la fédération bruxelloise du Parti socialiste a d’ores et déjà promis de défendre Bruxelles "comme une région forte" face à la vision communautariste de la N-VA. "Avec moi, il n'y aura aucune connivence avec la N-VA sur le sujet", a-t-elle déclaré sur Bel RTL.

Dans ses nouvelles fonctions, Laurette Onkelinx veut oeuvrer à "fédérer toutes les énergies du PS à Bruxelles pour imposer Bruxelles comme une région forte qui se défend, qui doit continuer à être respectée et qui doit continuer à se développer au profit de l'ensemble des Bruxellois".

Elle voit dans les élections de 2014 une "échéance terrible", évoquant "cette N-VA qui met en cause Bruxelles comme région à part entière". "Je veux être très claire: avec moi, il n'y aura aucune connivence avec la N-VA sur le sujet", a-t-elle lancé.

Elle veut s'assurer non seulement que la région capitale soit "respectée", mais aussi qu'elle "ait les moyens de son développement". Bruxelles doit aussi être "une région qui collabore d'abord et avant tout avec la Wallonie", affirme encore l'ex-Liégeoise, qui n'oublie pas de rappeler son ancrage wallon.