La police doit se serrer le ceinturon

D'après les conclusions d'une étude sur l'optimisation des services de police, commandée par la ministre de la Justice et la ministre de l'Intérieur, deux postes de direction sur trois doivent être supprimés à la police fédérale. Pour accroître son efficacité. Plusieurs journaux, dont De Standaard, publient ce mardi les conclusions de cette étude.

Le plan suggéré consiste à supprimer des postes de direction en ramenant le nombre des arrondissements judiciaires de 27 à 10 plus 2 - soit un par province et 2 réserves - avec désormais un seul directeur par province, et non plus un directeur judiciaire et un directeur administratif.

Cette étude, réalisée par un groupe de travail auquel participaient notamment la commissaire-générale de la police fédérale Catherine De Bolle (photo principale), le criminologue Brice De Ruyver et le manager des services publics Frank Van Massenhove, a été présentée lundi aux ministres de l’Intérieur et de la Justice.

Turtelboom partage les conclusions

La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet (CDH) ne s'est pas encore prononcée sur cette question. Elle souhaite dans un premier temps examiner en détail la proposition de l'étude.

Quant à la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open VLD, photo), elle a déjà consulté l’étude et partage les conclusions du rapport. "Douze ans après la réforme des polices, je pense qu’il est temps, en effet, de limiter les postes de direction et d’envoyer plus de policiers en rue afin de mener une politique policière plus efficace", a-t-elle déclaré dans le quotidien De Morgen. "Je pense que c’est une réforme qui doit encore être affinée, mais c’est déjà une bonne approche", a-t-elle poursuivi.

Sur le principe, le syndicat SNPS donne raison au groupe de travail : "À la police fédérale, il n'y a pas suffisamment d'unités de commandement. Il y a trop d'îlots qui travaillent trop peu ensemble."

"Un grand pas en avant pour les services opérationnels" (SLFP Police)

Le syndicat libéral SLFP Police estime que le fait que les services opérationnels sortent renforcés du plan de réforme de la police fédérale dont parlent plusieurs media constitue "un grand pas en avant". On y reverrait notamment les fonctions de management et plus de personnel serait disponible sur le terrain.

Le syndicat demande néanmoins que des mesures de suivi soient prévues pour le personnel qui sera amené à occuper d'autres fonctions ou à changer de service.