Le gouverneur de la N-VA continue de diviser

La nomination du nouveau gouverneur de Flandre orientale continue de chauffer les esprits au nord du pays. Il y a quelques jours, la N-VA avait proposé Jan Briers à ce poste. L’homme, qui n’est officiellement lié à aucun parti politique, ne fait toutefois pas l’unanimité. Les libéraux flamands refusent de donner leur feu vert.

L’actuel gouverneur de Flandre orientale, André Denys (Open VLD) part à la retraite le 1er février prochain. Le candidat de la N-VA à ce poste, Jan Briers, est administrateur délégué du Festival van Vlaanderen depuis 1986. Il est également président de la Fédération des Festivals de musique de Flandre.

Le poste de gouverneur de Flandre orientale était revendiqué aussi bien par le parti nationaliste flamand que par les libéraux de l’Open VLD. Mais le gouvernement flamand a finalement tranché : comme convenu lors de la formation du gouvernement flamand, la N-VA obtiendra son premier gouverneur.

Cette décision n’est toutefois pas du goût de l’Open VLD qui refuse de donner son feu vert à la nomination de Jan Briers, dénonçant une absence de concertation. Si sa candidature a été approuvée par le gouvernement flamand, elle devait également être homologuée par le fédéral vendredi dernier. C’était sans compter le blocage des libéraux flamands, dans l’opposition au gouvernement flamand, mais dans la majorité au fédéral.

La réaction de la N-VA ne s’est pas faite attendre. Le vice-président du parti, Ben Weyts (petite photo), a dénoncé la position des libéraux. "Certains n’ont apparemment honte de rien", a-t-il ainsi réagi. "Au début de la semaine, Gwendolyn Rutten (présidente de l’Open VLD) avait déclaré que le prochain gouverneur devait être au-dessus de tout parti politique. Et maintenant le parti se pose soudainement des questions sur ses compétence. J’espère que l’Open VLD se ravisera", a-t-il indiqué. Le ministre flamand des Affaires intérieures, Geert Bourgeois (N-VA) a ajouté que son parti n’avait pas l’intention de négocier avec l’Open VLD.

De son côté, la ministre de la Justice Annemie Turtelboom (Open-VLD) a déclaré que la présentation de Jan Briers comme candidat indépendant n’était qu’un "simulacre de manoeuvre".

"Il y a des affaires plus importantes à régler dans ce pays"

Le SP.A, qui a approuvé la nomination de Jan Briers au gouvernement flamand, tente pour sa part de garder l’église au milieu du village.

Selon le vice-premier ministre Johan Vande Lanotte (photo), qui s’exprimait au micro de "De ochtend" (Radio 1 – VRT), les deux partis ont un point. Ils doivent toutefois se mettre d’accord ensemble. Il a en outre souligné qu’"il y a des affaires plus importantes à régler dans ce pays".

Johan Vande Lanotte admet que la nomination d’un gouverneur n’a jamais été aussi problématique. "Généralement, on attend une proposition formelle qui mène à un accord général. Il est aujourd’hui plus difficile d’arriver à un consensus car il y a cinq provinces à partager entre quatre partis flamands provenant de différents gouvernements. Cela rend les choses plus difficiles", a-t-il indiqué.