La loi sur le mariage homosexuel a 10 ans

Il y a dix ans jour pour jour, la Chambre des représentants adoptait la "proposition de loi ouvrant le mariage à des personnes du même sexe". La Belgique devenait ainsi le deuxième pays au monde à reconnaître le mariage homosexuel, après les Pays-Bas.
Le premier mariage homosexuel a été célébré le 6 juin 2003 à Kapellen (Anvers)

La proposition de loi permettant à deux personnes du même sexe de contracter mariage a été votée par une coalition socialiste-libérale-écologiste. Après être passé au Sénat en novembre 2002, le texte est approuvé à la Chambre par 91 votes contre 22. Deux semaines plus tard, le roi Albert II signe et promulgue la loi. L’acte est officiellement publié au Moniteur belge le 28 février 2003. Il est ensuite entré en application le 1er juin de la même année.

La Belgique devenait ainsi le deuxième pays au monde à approuver le mariage des couples homosexuels. Aujourd’hui, le mariage de deux personnes du même sexe est permis dans onze pays, ainsi que dans certaines entités des Etats-Unis, du Mexique et du Brésil. Par ailleurs, l’union civile est également permise dans un certain nombre de pays, principalement occidentaux. Cette union offre aux partenaires plus ou moins les mêmes droits que des époux, par exemple lors du décès de l’un des partenaires.

Si en Belgique le mariage des couples du même sexe n’a pas réellement créé de polémique, il n’en va pas de même dans d’autres pays, notamment en France, où une importante mobilisation contre le mariage pour tous s’est récemment tenue.

Depuis l’introduction de la loi en Belgique, le nombre de mariages homosexuels est resté plus ou moins stable. Selon les chiffres du SPF Economie, 2.138 mariages ont été contractés en 2004 et 2.164 en 2010. Fait remarquant : le nombre de mariages est plus élevé dans les provinces flamandes.

Qui dit mariage dit toutefois risque de divorce. Les séparations de couples homosexuels ont connu une importante hausse ces dernières années : toujours selon le SPF Economie, on est passé de 18 divorces en 2004 à 449 en 2010. Il semble par ailleurs que les divorces touchent davantage les couples de femmes.