Les bourgmestres flamands refusent la pension à 65 ans

Si l’on en croit une enquête menée par la seconde chaîne radio de la VRT (Radio 2), les bourgmestres en Flandre travaillent en moyenne 54 heures par semaine et sont satisfaits de leur rémunération. Une majorité d’entre eux ne veulent pas devoir prendre leur retraite à 65 ans. Près de 60% estiment d’ailleurs qu’aucun âge limite ne doit être imposé pour ce mandat, et 40% jugent même qu’on peut être bourgmestre tout en ayant dépassé l’âge de 75 ans.

L’âge moyen d’un bourgmestre en Flandre est actuellement de 51 ans. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles 82% des bourgmestres interrogés dans le cadre de l’enquête de Radio 2 (VRT) affirment ne pas vouloir être forcés de prendre leur pension à 65 ans. Près de 60% des maïeurs questionnés estiment d’ailleurs qu’on ne peut imposer un âge limite pour cette fonction, tandis que 40% jugent même qu’un bourgmestre peut rester en fonction passé l’âge de 75 ans. Un tiers des sondés fixent néanmoins à 70 ans l’âge limite pour un bourgmestre.

« Dans la pratique, il n’y a pas tellement de bourgmestres qui restent en poste après 65 ans. Mais il s’agit bien entendu d’un mandat pour lequel on est élu, et si les citoyens continuent à voter pour certaines figures politiques et que celles-ci continuent à jouer un rôle important au sein de leur parti, je ne vois pas pourquoi elles devraient se retirer à 65 ans », affirme le professeur Kristof Steyvers de l’Université de Gand (Flandre orientale).

Les bourgmestres aiment pouvoir mener leur mandat à terme, d’autant plus que plus de 80% d’entre eux sont satisfaits de leur rémunération, malgré l’importante pression de travail.

L’enquête de la deuxième chaîne radio de la VRT révèle en outre que les bourgmestres flamands travaillent en moyenne 54 heures par semaine. Un emploi normal à temps plein s’étendant en général sur 38 heures/semaine, un bourgmestre doit donc prester davantage qu’un emploi à temps plein.

« Une semaine de travail de 54 heures, c’est nettement plus que ce que les bourgmestres devaient prester il y a une dizaine d’années. A l’époque, la moyenne se situait à 45 heures/semaine. Le bourgmestre n’est plus ce personnage typique qui effectue un service - cela fait encore partie de la fonction -, mais il est aussi devenu décideur politique et gestionnaire de sa commune. Une grande partie de son temps est aussi consacré à cet aspect de son mandat », précise Kristof Steyvers.

Combien gagne un bourgmestre ?

Le salaire d’un maïeur dépend essentiellement de la grandeur de sa commune. Ainsi, par exemple, un bourgmestre d’une commune de maximum 300 habitants gagne moins de 22.000 euros bruts par an, tandis que dans une commune de plus de 150.000 habitants le maïeur gagne environ 127.500 euros bruts par an.

Mais selon le professeur Steyvers, la satisfaction des bourgmestres à propos de leur rémunération provient surtout des changements qui y ont été apportés ces 10 dernières années.

« Leur salaire est maintenant proportionné par rapport à celui d’un parlementaire, et dépend de la grandeur de la commune où ils ont été élus. Dans une petite commune, le bourgmestre gagne 25% du salaire d’un parlementaire flamand. Dans une grande commune, son salaire peut représenter jusqu’à 151% du salaire d’un parlementaire flamand. Ce qui signifie que dans une commune de taille moyenne, on peut réellement en faire son métier et vivre de ce salaire, si on le souhaite », conclut le professeur Kristof Steyvers.