“Etre homosexuel n’est pas une obédience”

Axel Polis (photo), le président de l’Open VLD d’Anvers, qui fait partie de la coalition dans la métropole, estime que le bourgmestre Bart De Wever (N-VA) va trop loin lorsqu’il interdit aux fonctionnaires communaux qui sont derrière les guichets d’afficher leur orientation sexuelle.

"Je ne veux pas qu'une personne portant un T-Shirt arc-en-ciel puisse se trouver à un guichet. Parce qu'un homosexuel indique clairement, par cette symbolique, à quelle obédience il appartient. Et les autres personnes le reconnaissent" avait déclaré Bart De Wever dans une interview publiée samedi dans les journaux De Standaard et Het Nieuwsblad.

Pour Axel Polis, président de l’Open VLD d’Anvers et partenaire de la N-VA dans la coalition dans la métropole, de tels propos vont trop loin et font preuve de peu de connaissance de la société moderne. Le fait de qualifier l’homosexualité d’obédience témoigne aussi de peu de perspicacité. "En tant que libéraux, la défense d’un service public neutre est fondamentale tout autant que le respect de la diversité et de la liberté des individus" a-t-il déclaré.

Pour l’Open VLD, l'orientation sexuelle n'est pas une conviction qui peut être neutralisée. "De Wever se trompe en affirmant qu’une préférence sexuelle constitue un choix idéologique, être homosexuel ne signifie pas qu’on opte pour une obédience".

"Pour De Wever l'homosexualité n'est pas neutre, l'hétérosexualité bien"

"A quelle obédience les homosexuels obéissent-ils ?" se demandent de son côté Yasmine Kherbache (petite photo), du SP.A dans l’opposition à Anvers. "Est-ce que Bart De Wever veut dire que l’homosexualité n’est pas neutre et que l’hétérosexualité l'est ?"

Wouter Beke, président du CD&V a également réagi via Tweeter: "L'orientation sexuelle ne constitue pas un choix idéologique comme avoir la foi ou adhérer à un courant politique. C’est juste ce que je suis. Je suis hétéro, un autre sera homo. Il faut respecter cela," écrit le président du CD&V.