"Un paradis fiscal pour ceux qui créent de l’emploi”

"La Belgique ne peut avoir l’image d’un pays où il est intéressant de transférer ses capitaux. Nous sommes devenu une sorte de paradis fiscal. La Belgique peut l’être mais alors uniquement pour ceux qui travaillent et qui créent de l’emploi" a déclaré le président du SP.A Bruno Tobback, lors de l’émission dominicale "De zevende dag" sur la VRT.

"La Belgique est intéressante fiscalement pour les entreprises. Pour preuve : une entreprise sur cinq parmi les 100 plus grandes sociétés mondiales utilise les régimes fiscaux en vigueur chez nous pour payer le moins d'impôts possible" a ajouté Bruno Tobback.

Le président des socialistes flamands n’est pas opposé aux intérêts notionnels mais uniquement lorsque ce système sert à aider les entreprises à investir et à créer des emplois. Mais l’idée que notre pays soit devenu un paradis fiscal qui serve à éluder l’impôt et à transférer des capitaux ne lui plaît pas.

"Nous attirons des riches comme Bernard Arnault ou Gérard Depardieu mais nous devrions plutôt devenir un paradis fiscal pour ceux qui travaillent et qui créent des emplois" ajoute Tobback.
Le président des socialistes flamands reconnaît que le gouvernement a déjà engrangé des revenus importants provenant des plus-values mais estime qu’il peut encore aller plus loin.

Le SP.A n’est pas opposé à ce qu’un grand patron comme Didier Bellens (Belgacom) gagne des millions mais n’accepte pas qu’il ne paye que 10 ou 12% d’impôts.