Les Belges ont une perception erronée du cancer

Il y a encore beaucoup d’idées fausses sur le cancer. C’est ce que révèle une enquête réalisée auprès de 1000 Belges âgés de 16 à 70 ans, à l’initiative de la Fondation contre le cancer. 43% des personnes interrogées pensent - à tort - que les cancers sont surtout la conséquence de facteurs extérieurs.

La Fondation contre le cancer a proposé un questionnaire à un échantillon représentatif, afin d’évaluer l’image du cancer dans la population belge. La principale conclusion de cette enquête est que nous sous-évaluons l’influence de notre propre comportement sur le développement de cette maladie.

"Certains facteurs à risque ne sont pas du tout connus par les Belges", déclare Ivo Nagels de la Fondation contre le cancer. "Si tout le monde sait que fumer peut causer le cancer, presque tout le monde ignore que boire plus d’un verre d'une boisson alcoolisée par jour augmente le risque de développer un cancer du côlon chez l'homme et un cancer du sein chez la femme".

"Plus de 60% des personnes interrogées pensent que le stress peut provoquer des cancers. Or, d’après les études scientifiques dont nous disposons le stress n’est pas un facteur de risque", ajoute Ivo Nagels.

A côté des idées fausses sur les causes du cancer, l’enquête montre aussi une grande différence entre la conscience des effets néfastes de certaines habitudes et la pratique. "96% des Belges savent que fumer peut causer le cancer, alors que 25% des Belges continuent de fumer", ajoute Nagels.

La Fondation contre le cancer souligne que notre propre style de vie détermine en grande partie le risque de développer un cancer. Elle appelle donc la population à réduire ce risque.

Ce lundi 4 février est la Journée mondiale contre le cancer.