Ford Genk : des actions de grève perlée

Les travailleurs de l’usine automobile limbourgeoise et de certaines entreprises de sous-traitance ont interrompu le travail jeudi en soirée, à la suite de la suspension des négociations sociales entre direction et syndicats. Ils jugent ridicules les propositions de la direction européenne de Ford Genk. La production a néanmoins repris à un rythme lent ce vendredi matin, après une session d'information, mais des actions ponctuelles sont prévues jusqu'à jeudi prochain.

Jeudi après-midi, les syndicats quittaient la table des négociations sociales avec la direction de Ford Genk, estimant que "la proposition de la direction est tout à fait ridicule". "Les gens sont furieux", précisait le syndicaliste socialiste Erik Verheyden.

Les syndicats affirment notamment que la direction propose des primes, pour les travailleurs qui perdront leur emploi, de l’ordre d’un dixième de ce qu’offrent dans pareil cas d’autres constructeurs automobiles.

Suite à l’interruption des négociations sociales, les travailleurs ont arrêté la chaîne de production dans l’usine limbourgeoise. La durée de cette interruption n’était pas encore connue. « On devra en discuter vendredi matin », indiquait Erik Verheyden. Plusieurs fournisseurs auraient entretemps aussi arrêté la livraison de nouvelles pièces.

Au terme d'une session d'information ce vendredi matin, le personnel a repris le travail à Ford Genk, mais à un rythme plus lent. Des actions de grève perlée sont néanmoins prévues jusqu'à jeudi prochain, date d'une nouvelle réunion entre syndicats et direction.

Les syndicats ont demandé "avec insistance" à la direction européenne de Ford Genk de revenir la semaine prochaine avec une proposition améliorée.